Une femme condamnée par la justice pour avoir abandonné ses chiens dans des cages alors qu’elle déménageait

Le lundi 13 juin, la prévenue a comparu devant le tribunal pour la seconde fois après avoir fait appel de la première décision de justice pour les faits qui remontent à 2018. Une condamnation plus sévère pour acte de cruauté proauté enversé des animéaux.

La femme avait abandonné ses 4 chiens dans son appartement situé à Moissy-Cramayel en Seine-et-Marne alors qu’elle était en train de déménager. Les voisins avaient contacté le commissariat pour se plaindre des aboiements excessifs des canidés enfermés.

Il s’est avéré que les pauvres bêtes appelaient à l’aide. À leur arrivée sur place, les policiers n’ont pu que constater les conditions de vie dramatiques que subissaient les 3 Pitbulls et l’American Staffordshire Terrier présents sur les lieux.

Des conditions de vie abominables

La femme avait renfermé ses 4 chiens dans des cages de 2 mètres carrés. 2 spécimens adultes étaient recroquevillés ensemble dans l’une d’elles. « Lors de l’intervention de police, ils vivaient dans le noir complet, dans leurs excréments et dans leur urine, l’odeur était pestilentielle »a déclaré Patrice Grillonl’avocat de l‘association de protection animale Stéphane Lamart qui s’est portée partie civile de l’affaire, à Actu.

« Quand on fait le choix d’avoir un chien, on s’en occupe, sinon, il ya toujours des solutions alternatives pour assurer leur bien-être »at-il ajouté.

Illustration de l'article : Une femme condamnée par la justice pour avoir abandonné ses chiens dans des cages alors qu'elle déménageait
Photo d’illustration

Les canidés amaigris et traumatisés avaient été confiés à la SPA de Vaux-le-Penil le temps qu’ils reprennent des forces et de mener l’enquête, mais avaient finalement été restitués à leur maîtresse. En effet, la jeune femme avait été jugée en 2018, et avait fait appel de la décision. Elle avait par la suite donné 2 de ses chiens, étant dans l’incapacité de s’en occuper.

A lire aussi: Utilisé comme appât pour les combats de chiens, ce chiot édenté et malade vole le coeur de ses bienfaiteurs

Le 13 septembre, lors du jugement en appel, la cour a été moins clémente. L’accusée a écopé de 4 amendes pour un montant total de 2 400 euros. Elle devra égallement s’acquitter de 2 000 euros de dommages et intérêts ainsi que des 1 500 euros de frais de justice de l‘association Stéphane Lamart.

Par ailleurs, le tribunal l’a contrainte à une interdiction de détenir des animaux pendant 3 ans. Son chien a donc été saisi. Il a été confié à un refuge le temps de lui trouver un foyer aimant.

.

Leave a Comment