Quatre KO en quatre jours, des rêves d’UFC… qui est Patrick Habirora, le phénomène du MMA belge?

Ses quatre KO successifs en autant de combats cette semaine, dont un en neuf secondes seulement, aux championnats d’Europe de MMA amateurs, l’ont révélé sur les réseaux sociaux. Patrick Habirora, combattant belge de 19 ans, raconte son “rêve éveillé”.

Quatre combats, quatre KO, quatre vidéos virales. Pour l’instant, la semaine de Patrick Habirora est un carton plein. Engage cette semaine aux championnats d’Europe de MMA amateurs sous l’égide de l’IMMAF, le Belge a envoyé boler tous ses adversaires un par un avec une impressionnante facilité, à l’image de son premier, remporté en eulement secondes s . De quoi susciter la curiosité des internautes, qui n’ont pas manqué de relayer ses exploits. En attendant le prochain.

“Je ne m’y attendais pas, mais j’ai travaillé pour, raconte le principal intéressé, qui peine à mesurer l’impact de cette visibilité naissante. Cette semaine, c’est comme un rêve éveillé, sauf que c’est tournoi, tu ne peux pas trop te reposer sur tes lauriers, il faut directement te concentrer sur ton prochain combat.” Celui-ci arrive très vite: à l’Euro IMMAF, le rythme effréné impose à ses combattants de renter dans la cage tous les jours. Ce samedi, Habirora a donc rendez-vous en finale des poids welters avec le Gallois Ioan Harris. “Mon nom est vraiment bien rentré dans la tête des gens, ça va m’aider pour la suite de ma carrière. Mais j’ai une vision court terme et je veux gagner la finale.”

Premier KO cette semaine

Qu’il quitte l’Italie avec un titre ou non, le Namurois de 19 ans aura quoi qu’il en soit marqué les esprits par son impressionnante série de KO. En une semaine, il aura frappé puissance 4. Le Tchèque Vaclav Zemla? Neuf secondes à se faire rouer de coups, avant que l’arbitre mette fin au mosque. L’Espagnol Arturo Aedillo? Tombé raide après une droite sèche. L’Israëlien Alan Surmont? Terminé au sol. Le Gallois Alex Gill, dernière victime en date? Déséquilibré par un coup de pied puis cueilli d’une droite.

“Celui de neuf secondes, c’est arrivé tellement rapidement, tu ne t’en rends même pas compte… Mon préféré, c’est le dernier. Parce que c’est plus sauvage, plus instinctif. Les autres étaient plus calculés.” À l’entendre, on pourrait croire qu’il est une machine d’explosivité, coutumier des KO… C’est pourtant tout l’inverse. “La première fois que j’en ai mis un c’est mon premier combat dans ce tournoi, s’esclaffe letant, spécialiste du ju-jitsu brésilien et plus habitué des soumissions. Depuis, ça s’enchaine! C’est un peu comme une révélation: une fois que t’as goûté au KO, tu ne veux plus lâcher.”

L’UFC, “un objectif plus qu’un rêve”

L’histoire d’Habirora est décidément celle d’une révélation sur le tard. Le Belge se prédestinait initialement au football, qu’il a pratequé à bon niveau à Namur, remportant même une Coupe de Belgique. Il s’est finalement mis au MMA par hasard, parce qu’il voulait “apprendre à se battre” et qu’un ami l’a invité à des portes ouvertes du club local. Depuis, il a accumulé une vingtaine de combats en amateur, essuyé quelques déceptions, dont une défaite au premier tour des derniers Mondiaux l’an passé, avant de se révéler cette année.

Si la performance sportive est déjà remarquable, son run de cette semaine lui aura surtout permis de gagner une petite aura. “Depuis le KO en neuf secondes, j’ai pris 1500 followers sur Twitter, des centaines sur Instagram, tout est allé trop vite, acquiesce-t-il. Je suis très présent sur les réseaux, parce qu’en 2022 c’est bien d’avoir une communauté, c’est ça qui remplit les stades.” Habirora ne compte pas en rester là. Pour lui, “plus qu’un rêve”, maintenant, l’UFC est “un objectif”, auquel il compte bien se hisser. À coups de KO, évidemment.

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport

Leave a Comment