Toujours plus chère, la Tesla Model 3 est-elle encore bien placée ?

Les prix de la Model 3 se sont envolés depuis le début de l’année. Alors qu’elle était très bien placée face à la concurrence en janvier, la « petite » Tesla est-elle encore une bonne affaire ?

Souvenez-vous. En janvier 2021, Tesla a frappé un grand coupe sur le marché français en baissant les prix de la Model 3. La version d’accès, nommée à l’époque Autonomie Standard Plus, était passée de 49 990 à 43 800 €. À l’opposé, la Performance était tombée de 65 990 à 59 990 €.

Pour le ticket d’entrée, cela avait un gros avantage : en descendant sous la barre des 45 000 €, l’ASP profitait du bonus maximal. À ce moment, il était de 7 000 €. Ce qui donnait donc une Tesla Model 3 à 36 800 € bonus deduit. Un prix vraiment canon, d’autant que le véhicule n’avait pas de prestations au rabais, proposant notamment une autonomie de 448 km.

Clairement, en prenant en compte les performances, l’autonomie, l’équipement ou encore la taille du véhicule, c’était quasi imbattable. On ose le dire, c’était une bonne affaire. Pour comprendre à quel point Tesla frappait fort, un Peugeot e-2008 GT s’affichait à l’époque à 41 950 € hors bonus, avec des performances bien plus modestes et une autonomie de seulement 320 km. Une Volkswagen ID.3 Family était aussi chère que la Tesla, mais en étant plus petite et avec une image de marque moins « tendance ».

Mais si les prix de Tesla ont été stables tout au long de l’année 2021, c’est une autre histoire en 2022. Vous le savez si vous êtes un fidèle lecteur d’Automobile-Propre, Tesla enchaîne les Jans vierses deis tarif . La marque répercute l’augmentation des cours des matières premières et du transport. Certains penseront qu’elle veut aussi profiter de l’engouement pour ses véhicules…

Jusqu’à 10 500 € de hausse, hors bonus

Reprenons le modèle d’accès, maintenant simplement nommé Model 3. Affiché encore 43 800 € début janvier, il est passé à 44 990 €. Puis deux augmentations en mars ont porté le prix à 46 990 puis 49 990 € ! Ajoutez encore 3 500 € sur la période mai/juin, et vous obtenez maintenant 53 490 €. À cela s’ajoute une perte de bonus, la 3 étant maintenant dans une tranche avec une aide de 2 000 €.

Si on met de côté le bonus, la Model 3 augmenté de 9 690 € en six mois ! Et ce n’est pas tout. Les autres variantes ont aussi subi une inflation. La version Grande Autonomie est passée en quelques mois de 51 990 € à 62 490 €, soit 10 500 € de hausse. Pour la Performance, c’est moins pire, avec 6 500 € de hausse et un dernier tarif en date de 66 490 €.

Certes, les hausses concernent la plupart des marques. Mais comme Tesla donne l’impression d’avoir eu la main lourde, on se demande alors si la petite berline Tesla reste bien placée sur le marché de la voiture électrique, qui ne cesse d’évoluer.

Côté entrée de gamme, l’ID.3 a déjà moins à rougir. Elle est actuellement proposée en une unique déclinaison Pro Performance Active, dotée d’un bloc de 204 ch et d’un bon équipement, pour 44 680 €. Mais l’autonomie est moindre, avec 415 km, alors que la Model 3 annonce désormais au moins 491 km grâce à une nouvelle batterie.

Surtout, on est bien conscient que l’ID.3 est plus petite. Pour des dimensions similaires chez les firmes généralistes, on trouve pour l’instant plutôt du SUV et du crossover. Et l’une d’elles vient de faire un lancement remarqué, il s’agit de Kia avec son EV6, au gabarit proche de la Model 3. La Coréenne est moins musclée, mais affiche une belle autonomie de 528 km. Son prix de départ est de 48 690 €, en finition Air Active. Avec un avantage : la possibilité de négocier pour faire passer le prix sous les 45 000 € et avoir le bonus maximal, définitivement oublié chez Tesla. À note qu’en un an, la Kia augmenté de « seulement » 700 €.

La BMW i4 a son mot à dire

Si on doit regarder une concurrence premium, les choses pourraient aussi se gâter pour la Model 3. Nouvelle rivale gênante, la BMW i4, affichée à partir de 59 950 €, un prix qui la place entre la Model 3 classique et la Model 3 Grande Autonomie. À ce tarif, on a un bloc de 340 ch et une autonomie de 590 km.

Le rapport prix/prestations est donc bien aligné, et cette fois pas de déficit de notoriété chez BMW ! Clairement, la Bavaroise est devenue compétitive, car elle n’a quasiment pas touché à son prix depuis l’ouverture des commandes il ya un an, avec juste 250 € en plus. BMW a souhaité rester sous la barre des 60 000 € qui donne accès au bonus !

À lire aussi
Essai comparatif : la BMW i4 peut-elle contrer la Tesla Model 3 ?

Tesla a un peu l’avantage pour les variantes les plus musclées, l’i4 M50 étant à 73 750 €, en hausse de 2 100 € en un an. C’est donc plus que les 66 490 € de la Model 3 Performance, qui propose un peu plus d’autonomie (547 km contre 520 pour l’Allemande).

Évidemment, la comparaison et le choix d’un véhicule électrique se font sur un ensemble de critères, pas un simple calcul prix/autonomie. La Tesla ainsi l’atout de son réseau de « Superchargeurs », qui commence toutefois à être bien concurrencé par le réseau Ionity auquel la BMW a accès. Les clients de l’i4 profitent d’ailleurs en ce moment d’un an de recharge Ionity gratuite.

Autre important aspect du moment : les délais de livraison. Et ils ne jouent pas en faveur de Tesla. Les Model 3 d’accès ne seront pas livrées avant janvier 2023. Certains clients plus pressés peuvent ainsi aller voir ailleurs.

Leave a Comment