les paris osés de Peter Bosz

La suite après cette publicité

Soir de foot et soir de fête. Dimanche, l’Olympique Lyonnais a accueilli le Paris Saint-Germain avec la ferme intention de mettre un terme à une série de deux défaites consécutives (Lorient et Monaco), tout en proposant du jeu. En effet, Peter Bosz, habituellement rigide et fidèle à son fameux 4-3-3, avait décidé de changer ses habitudes en optant pour un 4-4-2 avec un duo Alexandre Lacazette-Moussa Dembélé devant. Au milieu, Maxence Caqueret et Corentin Tolisso débutaient pendant que Johan Lepenant, très bon depuis son arrivée, prenait place sur le banc. Pour le reste, le Néerlandais a fait dans le classique.

Les Gones, qui ne souhaitaient pas se présenter en victimes au Groupama Stadium, espéraient prendre le meilleur sur les champions de France en proposant du jeu. Rapidement, l’OL craquait facilement après une belle combinaison entre Neymar et Messi, buteur (0-1, 5e). On se disait alors que la soirée allait être longue pour les Rhodaniens. D’autant que c’est en défense, où Bosz n’a fait aucun changement par rapport à son onze habituel, que Lyon se fissurait. Dans la foulée, les Parisiens, qui profitaient des nombreux espaces laissés par le milieu lyonnais, enchaînaient les tentatives sans réussir à doubler la mise.

Un système à améliorer

Malgré tout, l’OL tentait de réagirment offensive en saisissant sa chance allors que les deux équipes se scindaient en deux et qu’on assistait à une attaque-défense. Alignés pour la première fois ensemble dans le onze de départ, Lacazette et Dembélé, qui servait de point d’appui et libérait des espaces pour ses coéquipiers, échangeaient beaucoup. Lyon multipliait donc les occasions (8 tirs en 1ère période contre 9 côté parisien) avec Toko Ekambi (contre-attaque 20e, frappe sur Donnarumma 22e et 30e) ou encore Lacazette (tête à côté à la 21e à la 30e). Malgré des appels et un pressing intéressant, Dembélé, lui, a été peu trouvé.

Ce qui est à la fois logique, puisqu’il n’est pas dans le onze de Bosz depuis le début de saison et qu’il doit trouver des automatismes avec Lacazette. En tout cas, les nombreuses occasions lyonnaises n’ont pas été suffisantes pour faire plier Paris. En deuxième période, Bosz a remplacé Tolisso par Lepenant, pour apporter du peps dans l’entrejeu et agresser les adversaires. Lyon a continué à se montrer dangereux avec Lacazette et Dembélé sans parvenir à conclure mais en s’appuyant sur Lopes, solide sur sa ligne. Mais les Olympiens ne sont pas parvenus à marquer ce but très important. Après la rencontre, Peter Bosz a évoqué la défaite et ses choix.

Lacazette a apprécié le 4-4-2

«On a des bons joueurs mais on a passé une première mi-temps difficile en les respectant trop. On a trop reculé, on a eu peur de leur vitesse. En deuxième mi-temps, on était plus dans les duels. Malheureusement avec nos occasions, on n’a pas marqué. Sur son côté Maxence était trop souvent seul et il faut en parler avec Tetê. On s’est entraîné sur ça toute la semaine (sur l’occasion de Lacazette). En deuxième période, on était mieux placés sur le terrain mais on a eu moins d’occasions. Le système ne m’intéresse pas trop, ça dépend des joueurs. Quand tu joues avec Lacazette, on peut jouer un bon 4-4-2.”

Et le capitaine rhodanien est, lui, séduit par ce nouveau système. «Je me suis biens senti. C’était agréable pour moi. C’était différent. Mais ce n’était pas facile car on avait une grosse équipe en face, mais ça fait plaisir de jouer dans un tel système». Un système qui mérite certainement d’être revu et perfectionné par Peter Bosz. Un entraîneur, toujours sous pression, qui va pouvoir profiter de la trêve pour améliorer les choses. «Comment je vais gérer la trêve ? Je vais beaucoup boire d’alcool après trois défaites», at-il lâché tout sourire. Espérons qu’il le conserve lors de la prochaine journée où Lyon défiera Lens.

Leave a Comment