Dépité, Vincent Collet révèle ce qui a « tué » les Bleus contre l’Espagne !

L’Équipe de France visait l’or à l’occasion de l’Eurobasket, mais doit finalement se contenter de la médaille d’argent après sa défaite face à l’Espagne. Forced déçu, Vincent Collet n’y est pas allé par quatre chemins au moment de désigner ce qui a coûté le succès aux siens. Difficile de ne pas aller dans son sens.

En fin de compte, il n’y a jamais réellement eu match entre l’Espagne et les Bleus, au cours de cette finale des championnats d’Europe. La Roja a pris les devants au bout de quelques minutes seulement (23-14 après le premier quart-temps), déroulant son jeu face à Evan Fournier & co. qui ont eu un mal fou à suivre le rythme. Les Tricolores ont même compté jusqu’à 21 points de retard… si l’addition fut légèrement moins salée au final (88-76), c’était trop pour espérer un miracle.

Sans grande surprise, c’est un Vincent Collet assez dépité qui s’est présenté en conférence de presse, après la rencontre. Si Thomas Heurtel a créé la polémique en s’en prenant aux arbitres, le sélectionneur français a adopté un ton très différent au moment d’évoquer les causes de ce décevant revers. Comme il l’a expliqué en détail, ce sont les turnovers (19) commis par les Bleus qui ont mené à leur perte, un problème récurrent au cours de la compétition :

Les pertes de balle, talon d’Achille des Bleus

Nous savions que notre faiblesse était les ballons perdus depuis le début du tournoi. Ils ont scoré 35 points sur nos ballons perdus et nous 7 sur les leurs. Qu’est-ce qu’on peut ajouter, ça vous dit tout sur ce match. Notre problème durant ce tournoi a fini par nous tuer. Nous avons survécu contre la Turquie et l’Italie, alors que nous aurions pu déjà mourir, mais contre l’Espagne comme ils ne perdent pas le ballon, ils contrôlent, parfois prennent de mauvais shoot ne balls, per dent.

Nous avons shooté à 75% dans la raquette et à 2 points et 40% à 3-pts. Nous ne pouvons pas faire mieux. Mais le reste est suffisant pour nous tuer. Ils ont très bien exécuté. Nous, nous avions un système pour les contrer, mais nous n’avons pas pu l’exécuter une seule fois. Ça fonctionne, mais nous ne l’avons pas exécuté. Le problème c’est pourquoi on les perd, il ya nos faiblesses de fondamentaux, à la passe et dans le démarquage. Il ya leur agressivité aussi. On manque aussi de mobilité sur certaines situations.

Pour rappel, la France termine “en tête” du classement en termes de ballons perdus par match, avec pas moins de 15.8 en moyenne. C’est trop, beaucoup trop pour croire à la victoire finale, en particulier contre les hommes de Sergio Sciolo qui les ont systématiquement sanctionnés. Collet a d’ailleurs loué la discipline de ses adversaires du soir, acceptant sans broncher que la Roja avait tout simplement été la meilleure équipe sur le parquet dès le coup d’envoi.

On savait qu’ils seraient très agressifs sur Evan et Thomas Heurtel, et il y avait un bouchon au milieu de la raquette. Dans la justesse, on a pris une leçon. On n’a pas su compenser ces 19 pertes de balles par une agressivité forte de l’autre côté. À chaque fois qu’on se rapprochait, on faisait une bêtise, deux bêtises et on reprenait la même punition. On a joué avec nos valeurs, on s’est battu jusqu’au bout, les mecs le voulaient, il n’y a pas 1% à reprocher aux joueurs dans ce domaine. Mais une finale face à l’Espagne, tu ne la gagnes pas qu’avec ça.

Vincent Collet ne s’en cache pas, les pertes de balle ont plombé les Bleus tout au long de la compétition et d’autant plus en finale face à l’Espagne. La France n’est pas parvenue à corriger ce vilain défait, et c’est ce qui lui a en partie coûté la médaille d’or.

Leave a Comment