Toulouse arrive tôt à Pau pour « vivre ensemble » selon Jean Bouilhou

Pour le Stade Toulousain, Pau figure parmi les déplacements les plus courts de la saison. Deux heures de route à tout casser, soit un peu plus que pour aller à Castres, mais pas davantage que pour aller, à Brive, Bordeaux ou Montpellier. Le club rouge et Noir a pourtant choisi de se rendre dans la capitale du Béarn dès ce vendredi soir, soit la veille de son match face à la Section, programmé ce samedi à 21h.

« On a encore besoin de passer du temps ensemble »

Jean Bouilhou, l’entraineur des avants toulousains

Pas en avion privé ou en char à voile, rassurez-vous, mais en bus. Bizarre? Incongru ? Pas tant que ça. « Ce n’est que le début de la saison et on an encore besoin de passer du temps entre nous, explique Jean Bouilhou, l’entraîneur des avants toulousains. On passera toute la journée de samedi ensemble à peaufiner les derniers détails qui nous permettront d’aborder le match à Pau. C’est important pour la cohésion. On sait que les vertus de combat seront essentielles pour rivaliser avec la Section. »

Corriger l’accroc de la saison passée

Toulouse a toujours aussi en travers de la gorge sa défaite de sa saison passée au stade du Hameau (27-22), en pleine période de doublons hivernaux, alors qu’il joua pourtant à 15 contre 14 pendant dix-huit minutes et à 15 contre 13 pendant vingt-neuf minutes après les expulsions des centers palois Tumua Manu (33e) et Jale Vatubua (51e).

« Il ya un peu de revanche dans l’air parce que les gars avaient été surpris par l’engagement de la Section la saison dernière, reconnait Bouilhou. S’ils ne prennent pas ces deux cartons rouges, en plus, l’addition aurait été plus sévère. C’est un de nos plus mauvais matches de la saison. Techniquement et stratégiquement, on avait été pris d’emblée sur un secteur de jeu qu’on avait pourtant ciblé : les mauls. Aujourd’hui, on est avertis. On sait que c’est une équipe capable de mettre beaucoup d’intensité devant et de nous faire déjouer. »

Partir plus tôt et passer une nuit en dehors de chez eux permettra aussi à plusieurs joueurs de l’effectif de récupérer de la fatigue accumulée durant la semaine. On pense ici aux jeunes papas de l’effectif, comme le pilier droit Dorian Aldegheri, qui vivent quelques nuitées plus agitées que d’habitude ces derniers temps. « C’est vrai que ça permet de récupérer de la semaine, dit-il. On dart. Et même si la journée de samedi est longue, on arrive à s’occuper en regardant les matches de l’après-midi à la télé, en jouant aux cartes, en faisant des trucs de la vie, quoi ! »

.

Leave a Comment