Rugby (Professional D2). Battu (21-22) par Colomiers, le SU Agen ne décolle toujours pas

Pour la troisième fois consécutive après les revers contre Grenoble (11-16) et à Montauban (26-25), les Agenais doivent se contenter d’un point de bonus défensif. Et ils courent toujours après leur première victoire de la saison à Armandie. Qu’il semble loin le succès inaugural plein de promesses à Aix-en-Provence (17-19). Avec 7 points après quatre journées, le SUA devra s’imposer avec le bonus offensif vendridi prochain (21 heures) chez le coleader Rouen pour atteindre l’objectif de 12 points fixé par le staff sur ce premier bloc. « On est triste de rendre cette copie, mais il ne va pas falloir le rester très longtemps pour stopper l’hémorragie. »

Encore trop de crispation

Battus pour leur première à Armandie par Grenoble (11-16), les Agenais avaient une dette devant leur public. Cela leur at-il encore mis un excès de pression sur les épaules ? Les vingt premières minutes de ce bras de fer contre Colomiers ont en tout cas salement ressemblé à un remake du scénario catastrophe contre les Isérois. Résultat, le SUA s’est retrouvé mené 0-10 (21e), alors que les partenaires de Vincent Farré avaient pourtant réussi à rectifier le tir en touche avec le “revenant” Erbani, royal dans les airs (7 prises en première période). Une entame de match qui a coûté très cher face à des Columérins pragmatiques, à l’image du drop de Javaux sur leur première incursion dans les 22 mètres agenais qui avait donné le ton (0-3, 6e).

“On a manqué de maîtrise dans la stratégie quand on prend le score »

L’ouvreur de l’USC a même eu l’occasion de doubler la mise après un sauvetage de Lagarde dans l’en-but (9e). Javaux est aussi l’auteur d’un 50-22 d’école qui a permis au flanker Pacheco de passer la ligne en force et de climatiser Armandie suite à sa transformation (0-10, 21e). Bernard Goutta a, lui, eu un coup de chaud. Le manager agenais est vite redescendu en bord de touche pour recadrer ses joueurs. Les Agenais n’étaient pas complètement largués, mais ils se montraient beaucoup trop approximatifs pour forcer le verrou adverse, à l’image de ces deux passes de Buttin pour Railevu qui ont fini en touche (8e29e). Fébrilité ? Crise de confiance ?

« On est à notre place »

Dos au mur, les Agenais ont eu le mérite de ne pas paniquer pour revenir dans le match. Après une pénaltouche bien repoussée par les Columérins, le SUA s’est relancé en quatre minutes avec une pénalité de Lagarde (33e) et un essai en coin d’Etcheverry qui récompensait une action de 60 mètres où ses partenaires ont balayé à deux reprises le terrain sur toute la largeur (8-10, 37e). 40 Ils auraient même pu virer en tête à la pause si Hamadache n’avait pas vendangé un 3 contre 1 en repiquant dans l’axee). « On a manqué de maîtrise dans les zones de marque », résume Bernard Goutta. Un mal récurrent depuis le début de la saison qui colle à la peau de ses joueurs.

La seconde période a ensuite été irrespirable et s’est longtemps résumée à un duel de buteurs. Javaux (17 points, 6/6) a pris le dessus sur Lagarde (6 points, 2/4). Mais le SUA semblait avoir fait le plus dur en prenant l’avantage avec un essai de Farrance suite à une pénaltouche (18-16, 62)e). Javaux a pourtant eu le dernier mot (78e). “On a manqué de maîtrise dans la stratégie quand on prend le score”, regrette le manager agenais, prenant encore la phase de rodage pour excuse. « Agen a de grosses individualités, peut-être les meilleures du championnat, mais on savait que c’était une équipe en manque de confiance, prévient Fabien Berneau, l’entraîneur des avants de Colomiers. C’est une chance de les avoir pris en début de saison. Je ne me fais pas de soucis pour eux. »

Leave a Comment