Rugby. Ce que le Parquet Nationwide Financier reproche à Laporte, Altrad, Atcher et Simon

Le président de la FFR Bernard Laporte (G) et l’homme d’affaires Mohed Altrad (D) assistent au match entre la France et L’Italie au Stade de France, le 6 février 2022. (©AFP/Archives/FRANCK FIFE)

C’est tombé, comme un coup de simonce mardi 20 septembre 2022! 3 ans de prison, dont 1 fermeont été requis à l’encontre du président de la Fédération Française de Rugby (FFR) Bernard Laporte et de l’homme d’affaires Mohed Altradsoupçonnés d’avoir noué un “pacte de corruption” en 2017. “Des réquisitions lourdes”, comme l’a admis le Procureur.

À l’issue d’un réquisitoire de près de 4 heures, le parquet national financier (PNF) a égallement appelé le tribunal correctionnel de Paris à interdire, pendant deux ans, à Bernard Laporte d’exercer toute fonction dans le rugby et à Mohed Altrad, PDG du géant du BTP éponyme, de gérer une société commerciale. Des amendes, respectivement de 50 000 et 200 000 euros, ont été réclamées à leur encontre.

Altrad et Laporte contestent les faits

Les prévenus, qui contestent les faits, «ont abimé la probité entourant le rugby français», a justifié le procureur financier François-Xavier Dulin. Selon l’accusation, l’ex-sélectionneur des Bleus aurait rendu une série d’arbitrages favorables au groupe altrad – dont l’octroi du sponsoring maillot du XV de France – avec qui il avait noué un contrat d’image « secret » qui s’est traduit par le versement sans contrepartie de 180 000 euros debut 2017.

Ce contrat constitue le « péché originel », a estimé l’autre procureure financière, Céline Guillet, énumérant des « conditions de négociation obscures » et un « montant inhabituel » de rémunération et rappelant ex cuté des é négociation obscures » Bernard Laporte list convention convention.

Intervention auprès de la Commission d’appel de la FFR, maillot du XV de France…

Selon la procureure, le patron du rugby français aura en revanche effectué des “interventions atypiques” et “problématiques” au profit des intérêts de M. Altrad, de son groupe et de son club de rugby de Montpellier (MHR), dont il est le president. « Bernard Laporte a été aveuglé par ses intérêts privés au sein du groupe Altrad », a renchéri M. Dulin.

L’accusation a notamment retenu l’intervention, fin juin 2017, de M. Laporte auprès de la commission d’appel de la FFR, statutairement indépendante, qui aurait eu pour effet d’alléger des sanctions disciplinaires infligées au MHR. Les « principes cardinaux du sport » ont alors été bafoués, selon M. Dulin.

Les procureurs ont aussi dénoncé les conditions d’octroi du sponsoring maillot du XV de France au groupe Altrad, pour 6.8 millions d’euros par an, qui n’aurait pas donné lieu à « une procédure impartiale ». « On a compris que la charte de déontologie (de la FFR) n’était pas le livre de chevet de M. Laporte», a cinglé Mme Guillet.

Vidéos : en ce moment sur Actu

2 ans de prison requis contre Claude Atcher

Bernard Laporte et Mohed Altrad ne sont pas les seuls à comparaître. Deux ans de prison, dont un avec sursis, ont par ailleurs été requis contre Claude Atcherrécemment mis à pied à titre conservatoire de ses fonctions de directeur de l’organisation du Mondial 2023, qui est soupçonné d’avoir perçu des sommes injustifiées de la part de la FFR en marge de l’attribution de cette à la compétition France

Vice-president de la FFR, Serge Simon est pour sa part soupçonné de prize illégale d’intérêts. Un an de prison dont six mois assortis de sursis a été requis contre l’ancien pilier international, 10 000 euros d’amende, mais aussi un an d’interdiction d’exercer toute activité en lien avec le rugby.

Les plaidoiries de la défense vont se tenir ce mercredi 21 September 2022. Le date du délibéré sera connue dans la foulée.

Procès pour favoritisme dans le rugby français : les réquisitions

Bernard Laporte : 3 ans de prison dont 2 ans assortis du sursis, 50 000 euros d’amende, 2 ans d’interdiction de gérer une société commerciale et 2 ans d’exercer toutes fonctions en lien avec le rugby (même bénévole), application immédiate.

Serge Simon : 1 an de prison dont 6 mois assortis de sursis, 10 000 euros d’amende. 1 an d’interdiction d’exercer toute activité en lien avec le rugby (même bénévole).

Claude Atcher: 2 ans de prison, 1 an avec sursis, 50 000 euros d’amende, 3 ans d’interdiction d’exercer toute activité commerciale, 1 an d’interdiction d’exercer toute activité en lien avec le rugby.

Mohed Altrad : 3 ans de prison dont 2 ans assortis du sursis, 200 000 euros d’amende, 2 ans d’interdiction de gérer une société commerciale. Interdiction d’exercer toute fonction en lien avec le rugby.

Bernard Laporte va-t-il démissionner ?

Le procureur financier du PNF, François-Xavier Dulin, a demandé à ce que les peines soient assorties de l’exécution provisoire, c’est-à-dire avec effet immédiat. De ce fait, les rôles de Bernard Laporte en tant que président de la FFR et vice-president de World Rugby, seraient menacés.

Si le tribunal suit les réquisitions, Bernard Laporte devra quitter ses fonctions. Selon RMC Sport, même en cas de condamnation, l’homme fort du rugby français n’entendrait pas démissionner. Pour rappel, Bernard Laporte, effectuant son deuxième et dernier mandat, ne pourra pas se représenter à la tête de la FFR en 2024.

CM avec © 2022 AFP

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Rugby dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Comment