le départ de Simmonds pour Montpellier est “inquiétant”, déplore le supervisor des Saracens

L’entraîneur d’Exeter, Ali Hapher, a récemment confirmé le départ de son troisième-ligne international Sam Simmonds vers Montpellier à partir de la saison prochaine. Le numéro 8 des Chiefs, âgé de 27 ans, rejoindra le MHR à l’issue de la prochaine Coupe du monde en France (8 septembre-28 October 2023) et remplacera son compatriote Zach Mercer, qui va faire le chemin inverse et aller Gloucester en Premiership. Un départ qui fait grand bruit outre-Manche.

Pour Mark McCall, le manager des Saracens, cela représente un signe de déclin de la Premiership anglaise. «Je dis cela parce que Sam a 27 ans, qu’il approche de son meilleur niveau et qu’il se rend maintenant inéligible pour l’Angleterre, at-il regretté. Je peux comprendre que quelqu’un qui approche des 30 ans le fasse après avoir fait sa carrière internationale et veuille vivre une expérience différente. Mais commencer à perdre les meilleurs jeunes talents de la Premiership, quelqu’un comme Sam, c’est inquiétant.”

«Les chiffres sont tellement éloignés qu’il n’y a pas vraiment eu de débat…»

Pour sa part, le directeur du rugby d’Exeter, Rob Baxter, voit les choses d’un autre œil. «Les gens se font parfois une fausse idée à ce sujet. Je parle beaucoup aux joueurs et aux membres du staff pour leur dire de travailler dans un environnement où ils peuvent s’épanouir, travailler très dur. Vous voulez qu’ils gagnent et réussissent les uns pour les autresat-il souligné. Ce n’est pas négatif quand un joueur vous quitte parce que quelqu’un le veut et peut se permettre de le payer plus que vous. C’est négatif lorsque vous vous brouillez et qu’un joueur part sans une raison positive. C’est très rare que cela arrive ici.»

Et le technicien à la tête des Chiefs, champion d’Europe 2020, d’ajouter : «Sam part avec notre bénédiction pour une grande aventure, une grande opportunité en France. Il possède encore d’énormes qualités de rugbyman et nous avons eu une longue discussion à ce sujet. Il est venu nous voir en premier et nous a expliqué. Nous ne nous sommes pas lancés dans de longs débats sur le contrat. Les chiffres sont tellement éloignés qu’il n’y a pas vraiment eu de débat…» Plusieurs clubs anglais rencontrent actuellement de graves difficultés financières et accumulent des dettes abyssales, à l’image de ce qui arrive à Worcester.

.

Leave a Comment