bis repetita pour Mauléon, vainqueur avec le bonus d’Oloron (34-10)

Si les Souletins se sont rassuré et fait le plein de confiance pour la suite, les Haut-Béarnais n’ont jamais paru en capacité de rivaliser. Il faut dire qu’avec six fautes et trois touches perdues dans…

Si les Souletins se sont rassuré et fait le plein de confiance pour la suite, les Haut-Béarnais n’ont jamais paru en capacité de rivaliser. Il faut dire qu’avec six fautes et trois touches perdues dans le premier quart d’heure, le FéCéO ne s’est pas facilité la tâche. Surtout face à une formation basque qui se régale de chaque ballon tombé ou du moindre placement défensif hasardeux. Comme sur le premier essai ou Berrogain déchirait le rideau défensif, accélérait sur 40 mètres pour donner un premier écart au score (10-0, 21e).

L’arrière oloronais Latournerie avait à peine le temps de réduire l’écart que Loustalet, auteur de la 9e faute du match, payait pour tout le monde et était exclu 10 minutes. Aguer redonnait 10 points d’avance au SAM (13-3, 31e). Oloron réagissait enfin mais ne parvenait pas à scorer. L’indiscipline était alors souletine mais les avants d’Oloron enchaînaient en vain les pénaltouches à 5 mètres.

Efficasité maison

Les Mauléonnais tournaient à la pause avec 10 points d’avance. En tête mais pas à l’abri, ils emballaient le début de seconde mi-temps. Il fallait moins de 10 minutes aux coéquipiers de Romain Caballero, encore une fois immense samedi, pour se détacher définitivement au score.

Après plusieurs pénaltouches et un enchaînement de temps de jeu, le talonneur Uhalde marquait en force le deuxième essai (20-3, 48e). Pénalisé à trois reprises en mêlée en première période, le FCO se reprenait en seconde. Mais plombés par leur touche qui perdait son septième ballon, les joueurs du duo Labaigs-August n’avaient que de très rare munitions à faire fructifier. Et quand ils avaient le malheur de perdre l’une d’elles dans les 22 mètres du SAM, les trois-quarts souletins relançaient et marquaient 80 mètres plus loin, un essai en première main. Symbole de l’efficacité maison.


La touche aura été l’un des points faibles oloronais samedi, à Mauléon.

Émilie Drouinaud

Vingt minutes plus tôt, le FCO avait eu une occasion identique mais Aguer interceptait in extremis un 3 contre 1 entre Allouache, Bordenave et Pillardou, alors que le score était encore de 13-3. Cette fois, Pribat fixait parfaitement et envoyait Brocal entre les perches (27-3, 63e). La messe était dite.

Au bout du bout

À l’orgueil et à 15 contre 14, Oloron réagissait et le nouvel entrant Tisné se faufilait auprès de ses gros pour ôter le bonus offensif à Mauléon (27-10, 72e). Mais c’était sans compter sur l’abnégation des locaux qui, au bout du temps additionnel, enchaînaient les pénaltouches. Oloron se mettait à la faute et l’arbitre de la rencontre filait entre les poteaux siffler le quatrième essai du SAM, synonyme de victoire à cinq points. Marius-Rodrigo pouvait alors exulter.

Grâce à des avants conquérants et des arrières inspirés, le SAM a enchaîné un deuxième succès face à un FCO hors sujet, qui aura l’occasion de prendre sa revanche le 15 janvier à Saint-Pée.

Reactions d’après-match

Pette Berrogain (arrière de Mauléon) : « On est tous hyper heureux. On bosse depuis juillet pour vivre des journées comme celle-là. On voulait absolument bien commencer à domicile. Le bonus, c’est la cerise sur le gâteau. On savait qu’ils étaient très accrocheurs, solides devant. On a l’habitude de mettre en lumière la vitesse des arrières, mais aujourd’hui, on a prouvé qu’on pouvait être aussi très costauds devant et rivaliser avec des équipes comme Oloron. Je tiens à féliciter nos avants. Nous derrière, on est juste à la conclusion de leur bon travail. »
Guillaume August (entraîneur d’Oloron) « Mauléon a largement mérité sa victoire. C’est une belle équipe mais on les a bien aidés aussi. On s’est fait énormément pénaliser, notamment en mêlée, à juste titre ou pas. On a aussi été très défaillants en conquête aérienne. Il n’y a rien d’alarmant, ce n’est que la deuxième journée, mais il faut vite rectifier le tir car il ya beaucoup de choses qui n’ont pas été. Il faut vite basculer, se servir de ce match pour progresser. »

Leave a Comment