Après le Rugby Championship et avant les Bleus, l’Australie en plein brouillard

Il ya un an, l’Australie signait une série de cinq victoires consécutives (deux fois l’Afrique du Sud, deux fois l’Argentine et le Japon) porteuse d’espoirs. Mais depuis, les Wallabies, prochain adversaire des Bleus (le 5 novembre), sont incapables de gagner deux rencontres d’affilée. Ils en sont même à neuf défaites sur leurs douze derniers matches.

Le Rugby Championship n’a fait que confirmer cette inconstance. Brillants en ouverture en Argentine (26-41), ils ont pris la marée face aux mimes Pumas une semaine plus tard (48-17). Même schéma contre les Springboks (victoire 25-17 puis défaite 8-24) avant deux défaites contre la Nouvelle-Zélande (37-39 et 40-14), la première ayant pu être évitée si Bernard Foley n’avait pas temps pris son sur une dernière pénalité et n’avait pas été réprimandé par l’arbitre français Mathieu Raynal.

Tâtonnements permanents à l’ouverture

« On a fait trois bons matches et trois bien en dessous de nos standards, résume, fataliste, le sélectionneur Dave Rennie. Si vous allez à la Coupe du monde et que vous faites un bon match puis un mauvais, vous êtes vite éliminé. »

Souvent en difficulté devant, très indisciplinée (neuf cartons reçus en six rencontres de Rugby Championship), privée de son capitaine Michael Hooper dont on ne sait pas s’il sera requinqué mentalement pour la tournée de novembre et pas vraiment permanent aidé parles l’ouverture (Cooper ? O’COnnor ? Lolesio ? Foley ?), l’Australie, aujourd’hui à la neuvième place mondiale, est en plein brouillard.

Les cinq matches qui l’attendent en Europe cet automne (Écosse, France, Italie, Ireland et pays de Galles) ont de quoi susciter quelques inquiétudes.

.

Leave a Comment