Pres de Lyon. La rencontre entre deux chiens tourne mal au parc Miribel : deux personnes mordues

Deux personnes ont été mordues par un chien, qui était en phase de rééducation au parc de Miribel, situé entre le Rhône et l’Ain, ce lundi 18 avril vers 10 h. (©Illustration Adobe Stock)

Le week-end de Pâques ne s’est pas bien terminé pour des bénévoles de l’association Ron’Rhône.

Cette structure œuvre pour la protection et la réhabilitation des chats et chiens dans la région lyonnaise. Deux de ses membres ont connu une mésaventure qui aurait pu virer au drame lors d’une sortie au Grand parc Miribel Jonagesitué entre le Rhône et l’Ain.

Des consignes pas suivies, la rencontre entre chiens tourne mal

Lundi 18 avril, aux alentours de 10 heures, une rencontre a été organisée par les bénévoles entre une chienne, en phase de rééducation, et le chien, qui vit dans la potentielle nouvelle famille d’accueil de cette.

La présidente de l’association affirme que toutes les consignes avaient été données avant cette sortie au parc, mais elles n’ont pas été suivies…

« Ma vice-presidente a donné toutes les consignes mais elles n’ont pas été suivies. Ils n’ont pas mis la muselière de la chienne, et ce, contre nos ordres. Ils les ont faits se rencontrer en tout début de balade, alors qu’on leur avait conseillé de les promener avant. On leur avait conseillé de les tenir en longe, pas en laisse courte, ni en liberté, ce qui était le cas du chien de la nouvelle famille d’accueil. »

Ils essaient de séparer les chiens à mains nues

Les deux canidés se sont vus une première fois et se sont sentis. Tout allait bien. L’autre chien est allé courir, mais la chienne, attachée, n’a pas pu le suivre… Quand le chien est revenu, elle lui a sauté dessus. « Elle a mordu le chien au flanc et ne voulait pas lâcher. La proprietaire du chien et le bénévole ont essayé de les séparer et c’est là qu’ils se sont fait mordre. »

La présidente de l’association ajoute : « Il ne faut jamais séparer des chiens à mains nues. On s’expose à une agression redirigée. »

Vidéos : en ce moment sur Actu

Visiblement, aucun de ses conseils n’a été appliqué ce jour-là. Si les bénévoles s’en sont sortis uniquement avec des blessures superficielles, ils s’en veulent terriblement.

La chienne risque l’euthanasie

« Le plus gravement touché a été mordu au visage, mais c’est superficiel. On avait surtout peur pour son bras mais les tendons et les nerfs n’ont pas été touchés. L’autre bénévole a eu six points de suture au bras. Tous deux se sentent très coupables. »

Dans cette affaire, c’est finalement la chienne en réhabilitation qui peut crindre pour sa vie. Elle fait l’objet d’une évaluation comportementale, qui peut conduire à son euthanasie.

« Le risque est énorme. Elle est sociable avec l’humain, mais la préfecture peut quand même demander l’euthanasie », regrette la présidente de Ron’Rhône.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Lyon dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Comment