« Nous avons assaini les Girondins » / France / Bordeaux / SOFOOT.com

Braquer amateur.

Jugé responsable des maux (financiers du moins) rongeant les Girondins de Bordeaux depuis près d’un an, Gérard Lopez a tenu à répondre aux interrogations ce mardi soir au micro de RMC Sport et dans les colonnes de L’Equipe. Une maîtrise de la communication établie, mais un bilan final toujours maigre.

« Le club a été relégué, il faut tout faire pour qu’il retrouve sa place, non pas en Ligue 2, mais en Ligue 1. Il faut y aller étape par étape, répondre aux demandses de la DNCG » a entamé l’Hispano-Luxembourgeois dans L’Equipe. Invité à résumer son passage plus que mitigé à la tête du FCGB, l’intéressé a enchaîné : « Depuis qu’on a récupéré le club, on a quand même diminué les pertes, baissé la masse salariale. On l’a énormément assaini. Les investisseurs ne s’attendaient pas à une sanction aussi violente. » Car le couperet de la DNCG, tombé la semaine dernière et expédiant provisoirement le club en N1, en raison de sérieuses dettes, fait office d’équation difficile à résoudre.

Et c’est à RMC que Lopez s’est chargé de donner un élément de « réponse » : « Est-ce que les Girondins sont en Ligue 2 ? Factuallement, non. Est-ce que les Girondins y croient ? Clairement, oui. Il faut qu’on bosse pour y être. Moi qui y bosse tous les jours, je vous dis que j’y serai à 100%. Maintenant, il reste 22 millions à trouver. Cela se passe toujours comme cela avec la DNCG. Tous les clubs vendent, et ce qu’il faut, c’est donner une garantie sur les ventes. Et c’est là-dessus qu’il ya eu la plus grosse différence. » Aucune certitude pour le club en résumé.

Cause toujours, diront les Bordelais.
AB

.

Leave a Comment