Nitin Gajria (Google): « Il faut distinguer souveraineté et localisation des données » – Jeune Afrique

Dans la course à l’installation de câbles de fiber optique sous-marins de nouvelle génération en Afrique, Google est arrivé premier face à son compétiteur californien Facebook. Alors que le projet 2Africa de ce dernier devrait mettre encore un an pour être connecté au continent, le câble Equiano de la firme de Mountain View est arrivé au Togo en mars 2022 – et l’événement a été fêté en grandes pompes –, puis de mois plus tard sur les côtes nigérianes.

À Lire

Pourquoi Google débloque 1 milliard de dollars pour l’Afrique ?

Plusieurs autres raccordements d’Equiano devraient intervenir dans les prochains mois, à Swakopmund en Namibie, à Rupert’s Bay sur l’île de Sainte Hélène et enfin à Melkbosstrand en Afrique du Sud. Au total, le câble de Google, dont le point de départ est le Portugal, couvrira l’ensemble de la façade ouest du continent sur 12 000 kilomètres de long.

Cette nouvelle infrastructure, qui s’inscrit dans un plan d’investissement de 1 milliard de dollars pour les cinq prochaines années, fait de Google l’un des principaux acteurs du désenclavement numérique du continent. Au-delà du fait de participer à la connexion de centaines de millions de futurs utilisateurs, ce câble est d’ores et déjà une manne économique pour la big tech, dont le directeur général du géant du numérique sub fris détail poursa l’A enjeux.

Jeune Afrique : Quel est le modèle économique de votre câble sous-marin Equiano ?

Leave a Comment