Nette rechute du Cac 40, à nouveau plombé par les craintes de récession, Actualité des marchés

La Bourse de Paris repart à la baisse ce mercredi, effaçant du même coup ses gains des deux derniers jours. Le rebond de Wall Street hier après un week-end prolongé apparaît en effet comme un « bear market rally » au vu du recul des contrats futures sur indices américains ce matin sur fond de persistance des craintes sur l’économie. Les investisseurs se tiennent donc à l’écart du marché à l’approche de l’intervention de Jerome Powell devant le Congrès.

A 9h35, le Cac 40 baisse de 1,53% à 5.873,55 points dans un volume de 380 millions d’euros. Au niveau européen, les 19 indices sectoriels Stoxx 600 sont dans le rouge, à commencer par ceux du pétrole-gaz (-3.4%) et des ressources de base (-3,3%).

ArelorMittal la plus forte baisse du Cac 40 (-7,3%) à la suite d’une degradation de JPMorgan, passé de “surpondérer” à “neutre”. Valeurs défensives, Orange +0,6%) la plus forte hausse, devant L’Oreal (+0.3%).

La politique monétaire agressive de la Réserve fédérale américaine pour tenter de juguler l’inflation et le risque de récession qu’elle sous-tend restent en effet au center des préoccupations des investisseurs. Le recul de plus de 4.3% du baril de Brent, à 109.41 dollars ce matin illustre ce sentiment, d’autant que Joe Biden devait appeler le Congrès ce mercredi à suspendre la taxe sur l’essence, selon une source citée by Bloomberg. Le prix du gallon (environ 4 litres) oscille autour de 5 dollars aux Etats-Unis. A Paris, TotalEnergies et Vallouurec lâchent respectivement 2.9% et 4.3 3%.

Powell cuisiné par les sénateurs

Jerome Powell doit s’adresser cet après-midi à la Commission bancaire du Sénat dans le cadre du premier volet de son discours de politique monétaire semestriel devant le Congrès. Le président de la Fed devrait confirmer que la banque centrale fera tout ce qui est en son pouvoir pour maîtriser l’inflation. Il devrait par ailleurs être interrogé par les parlementaires sur l’ampleur des prochains resserrements monétaires. La Réserve fédérale a relevé la semaine dernière le taux des Fed funds de 75 points de base, une première depuis 1994.

Thomas Barkin, le president de la Fed de Richmond, a déclaré mardi que la banque centrale devrait relever ses taux le plus rapidement possible sans causer de dommages excessifs aux marchés financiers ou à l’économie. Sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt américain à 10 ans se détend de 4 points de base à 3,2334% en Asie ce matin.

Sur le plan économique, les prix à la consommation ont augmenté de 9,1% sur un an en mai au Royaume-Uni, affichant ainsi un nouveau plus haut de 40 ans, après 9% en avril.


Leave a Comment