l’un est mort, une cagnotte mise en place pour sauver les deux autres

Les pompiers ont découvert trois chiens enfermés sans nourriture dans un appartement abandonné d’Épernay (Marne). L’un est mort, deux autres ont été récupérés par le refuge animalier de la ville. Une cagnotte a été lancée.

C’est une situation sordide qu’ont découvert les pompiers dans un appartement d’Épernay (Marne), dans la nuit du dimanche 15 au lundi 16 mai 2022. Aucune personne ne s’y trouvait. Trois chiens y étaient abandonnés, de race American Staffordshire Terrier. Ils ne disposaient d’aucune nourriture.

L’un d’eux n’a pas survécu à sa dénutrition. Les deux autres, une chienne et son chiot, ont été pris en charge par l’Association indépendante marnaise d’assistance aux animaux (Aimaa, dont le refuge est visible sur la carte ci-dessous).

Une cagnotte en ligne a été mise en place pour financer les soins vétérinaires dont vont avoir besoin les deux chiens pour s’en remettre. France 3 Champagne-Ardenne a joint Thierry Parent, le president du refuge. “Des voisins se sont plaints d’odeurs pestilentielles et de chiens qui aboyaient. Ce n’était apparemment pas la première fois qu’il y avait des incidents dans cet appartement-là.”

Mais c’était la première fois qu’un manquement aussi grave est constaté lors de l’intervention de la police, puis des pompiers (qui ont dû passer par la fenêtre). “Il y avait une chienne et son chiot… ainsi qu’un cadavre de chien, en état de putréfaction.” La chienne (rebaptisée Fendi, 2 ans, 21 kilos au lieu de 45) et le chiot (Benga, environ 8 mois, 9 kilos au lieu de 27) ont alors pu “être mis en sécurité au refuge”.

Les examens vétérinaires menés ont permis d’assurer que Fendi et Benga allaient survivre. “Ils sont sauvés, même si ça a tenu à un fil pour la chienne : elle ne tenait plus debout.” Mais aussi de constituer des certificats pouvant appuyer une plainte qui devrait être prochainement déposée. “La situation n’est pas claire du tout. Un chien est identifié, il appartient à un monsieur, le proprietaire, qui n’est plus là. Il aurait confié sa garde à une dame, la détentrice. Qui est donc négligente, car les chiens n’ont visiblement pas été nourris ou abreuvés correctement.”

“C’est un acte d’abandon, et un acte de cruauté [terme déjà cité mais pas retenu lors de l’affaire Bob le chien dans les Ardennes; ndlr]. En tout cas, c’est comme ça qu’on le qualifie. Mais c’est le procureur qui le fera. Nous, on n’a pas pu que constater.” Maltraiter son animal peut amener à une amende de 750 euros, mais l’abandonner ou faire preuve de cruauté est bien plus sévèrement puni : au moins 45,000 euros d’amende et trois ans d’emprisonnement (voir l’il’és on quatand des equities) été retrouvés via la publication Facebook ci-dessous).

Constater… et venir en aide à ces canidés malheureux. “Ils ne sont plus en danger. On a lancé une cagnotte sur Helloasso, pour les certificats des vétérinaires et la remise en état des animaux. Il faut des soins particuliers et plus attentifs, mais notre association a du mal les de joineduxre comme beaucoup d’associations.” Le chiot est plutôt résilient, a repris “pas mal de vitalité”; mais il va falloir du temps pour remettre sa mère sur pied. D’autant qu’elle semble ne jamais avoir été suivie (et vermifugée, elle a donc des problèmes significatifs de digestion).

L’adoption de ces chiens (pas forcément destinés à rester ensemble) n’est pas pour tout de suite. Malgré leurs mauvais traitements, ils ne semblent garder aucune animosité pour l’être humain. Et feront sans doute le bonheur des foyers qui décideront de les accueillir à l’avenir.

Leave a Comment