Les chats ont-ils disparu d’Amérique du Nord durant 7 millions d’années ?

Il ya environ 25 à 18,5 millions d’années, les chats semblaient avoir disparu d’Amérique du Nord. Une période de 7 millions d’années que les scientifiques ont baptisé “cat gap”. Pour justifier cette absence de fossiles, diverses théories ont été avancées.

Est-ce la quête d’un meilleur terrain de chasse, le refroidissement causé par les éruptions volcaniques ou encore les conditions climatiques de l’époque qui étaient incompatibles avec leur fossilisation ?

⋙ Les dinosaures ont-ils été tués par des éruptions volcaniques ? Une étude relance le débat

Ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de traces de la présence des chats “qu’ils n’étaient pas là”

Carlo Meloro, Paléontologue à l’Université John Moores de Liverpool au Royaume-Uni reste prudent quantum aux différentes proposals proposed to expliquer l’absence des félins sur le territoire. “Ce ne sont que des conjectures, at-il déclaré dans une interview relayée par Live Science. Si des activités géologiques spécifiques ont empêché la découverte de chats en Amérique du Nord dans les sédiments pendant cette période, cela ne signifie pas nécessairement qu’ils n’étaient pas là.”

Pour le scientifique, le “cat gap” aurait pu être généré par “le changement climatique, la concurrence avec d’autres espèces et le déplacement écologique”. Mais comment s’en assurer ?

“L’absence de chats ne peut en tout cas pas être justifiée par l’absence de fossiles, abonde David Polly, paéontologue à l’Université de l’Indiana à Bloomington. L’exclusion des chats d’Amérique du Nord est peut-être, à un certain degré, simplement une coïncidence impliquant l’extinction d’un groupe félin et l’incapacité d’un autre à entrer en Amérique du Nord.”

Trois familles taxonomiques de chats présentes avant le “cat gap”

Avant cette “disparition” trois familles taxonomiques de chats étaient présentes sur le territoire d’Amérique du Nord : Nimravidae, Barbourofelidae et Felidae. Ces trois groupes, similaires en apparence et génétiquement, ne vivaient pas tous dans les mmes régions au même moment, ce qui pourrait expliquer le “cat gap”.

“En Amérique du Nord, les Nimravidae peuvent être trouvés au cours de l’Oligocène et jusqu’à il ya 28.7 millions d’années. Ils semblent avoir disparu juste avant le “cat gap”. Les Barbourofantelidae, eux. sont arrivés en Amérique du Nord après le “cat gap”, avec des membres du genre Barbourofelis présents il ya entre 11,5 et 9,8 millions d’années”détaille Carlo Meloro à Live Science.

C’est la disparition des Nimravidae qui permet de définir le début du “cat gap” explique de son côté David Polly. “L’extinction de l’espèce est probablement le résultat d’un changement de l’écosystème nord-américain, de telle manière qu’il est devenu difficile de fonctionner comme un hyper-carnivore.”

Un espèce proche du chat était donc déjà éteinte avant le “cat gap” et une seconde n’avait pas encore migré vers l’Amérique du Nord.

⋙ Quelle est la différence écosystème et biodiversité ?

Les Felidae, véritables ancêtres des chats d’aujourd’hui ?

L’immigration des félins en Amérique du Nord a probablement eu lieu entre 23.03 et 5.3 millions d’années, lorsque le niveau de la mer a connu des variations. “Les chats ont traversé en passant par la Sibérie, jusqu’en Alaska”, suggère David Polly. Mais ce pont terrestre “aurait nécessité à la fois un faible niveau de la mer et des écosystèmes appropriés dans cette zone”.

C’est la raison pour laquelle très peu de fossiles de chats ont été découverts Amérique du Nord pendant la période du “cat gap”. Pas à cause d’une “disparition” mais peut-être tout simplement parce qu’il n’y en avait pas.

David Martill, paléontologue de l’Université de Portsmouth au Royaume-Uni relève un autre point concern l’absence de fossiles de félidés. “Les archives fossiles sont extrêmement inégales et combien de personnes partent à la recherche de fossiles de chats?” Une théorie jugée plausible by David Polly.

“Les archives fossils n’échantillonnent pas uniformément toute l’Amérique du Nord, il est donc possible que les nimravidés aient persisté plus de 23 millions d’années dans certain millions of coins du continent, ou que lesé millions félidés soient arrivest dans 17″. d’années”, explique-t-il avant d’ajouter : “Les archives fossiles de mammifères, y compris les carnivores, sont très bonnes en Amérique du Nord pendant le “cat gap.””

Le mystère reste donc entier.

Lire aussi:

“Le chat ne nous appartient pas, c’est nous qui lui appartenons”

Comment fonctionne la datation au carbone 14 ?

Comment fonctionne la datation au carbone 14 ?

Jack Horner : qui est le paléontologue derrière Jurassic Park ?

Jack Horner : qui est le paléontologue derrière Jurassic Park ?

Leave a Comment