Les bons messages aux facteurs tarbais pour prévenir le risque canin

En quatre ans, les agents de La Poste ont été victimes de pas moins de cinquante morsures de chiens durant la distribution du courrier. Ce jeudi, une soixantaine de facteurs étaient formés par une vétérinaire comportementaliste.

“Quand on arrive dans une rue, le premier chien donne souvent l’alerte à tous les autres…” “Quand les chiens sont en liberté, parfois à plusieurs, forcément il ya une appréhension. Quelle attitude doit-on avoir?” Avec près de 400 foyers visités quotidiennement au gré de leur tournée, les facteurs de l’agglomération tarbaise doivent régulièrement composer avec le risque canin, présent dans un foyer sur deux. Des rencontres sources d’inquiétude mais aussi d’accidents du travail, avec pas moins de 50 morsures recensées dans les rangs des facteurs des Hautes-Pyrénées sur les quatre dernières années. “C’est l’une des premières causes d’accidents de travail pour les facteurs, résume Olivier Marçais, en charge de la communication à La Poste. En France, 2,000 sont mordus chaque année, entraînant traumatismes et absences parfois longues puisque de tiers de ces agressions causent des blessures aux jambes.”

Toujours être vigilant

Afin de tenter de prévenir ce risque inhérent au métier et à son imaginaire, La Poste a organisé des séances de formation à destination de ses facteurs. A Tarbes, une soixantaine d’entre eux est ainsi passé entre les pattes de Béatrice Laffitte, vétérinaire comportementaliste, aidée de Delphine, mais aussi de Pipo, Cherkan et Maïden, pour une phase plus pratique après une th première. “L’idée, c’est de prévenir les agressions canines pour cette population très exposée, présente la spécialiste qui a suivi un facteur dans sa tournée pour mieux en apprécier les difficultés récurrentes. des réactions agressives des chiens qui vont crescendo au fil des passages répétés.

Proprietaires responsables

La vétérinaire détaille alors les bonnes méthodes pour approcher un chien, sans jamais y aller de manière frontale, ni par en dessus, ni exposer ses mollets ou ses bras, ni hausser la voix. “L’idée c’est d’abord de comprendre comment fonctionne le chien, par exemple sa vue en trois dimensions qui nous fait paraître extrêmement grand. L’idéal est d’avoir une approche détendue mais vigilante. Qu’il y ait le maître ou non ne change rien, car les chiens ne se contrôlent pas. ‘est souvent de maintenir cette vigilance tout au long de la tournée. Ce n’est pas facile d’éviter la routine.” Et la spécialiste d’inviter les facteurs à demander aux clients de venir à eux pour limiter le contact avec les chiens. “Il est important aussi qu’il y ait un échange entre les facteurs sur les chiens de leur tournée, la manière de les appréhender, notamment dans le cadre d’un remplacement, précise la vétérinaire. D’autantde covid que la a pério”. impacté le comportement des animaux qui ont perdu de la sociabilisation, avec une forme de solitude avec leur maître ou leur famille et un climat anxiogène qui a affecté les hommes comme les bêtes.”

Aussi, en cas de difficultés avec un chien, il est important de les signaler au proprietaire comme aux supérieurs. “Si le maître ne veut rien faire pour sécuriser la situation, n’y allez plus, martèle la vétérinaire. Ce sont les humains qui ont pris ce chien. Ils sont responsables de leurs actes. les propriétaires ne vous respectent pas.”

Limiter les contacts entre le facteur et le chien, par une sensibilisation des propriétaires, est une priorité de La Poste qui rappelle qu’en cas de morsure un constat d’accident est établi. Pénalement responsable, e propriétaire doit prendre en charge trois contrôles vétérinaires consécutifs ainsi que les éventuelles dépenses médicales.

“Je ne mets pas ma vie en danger pour un chien”

“Quand j’ai postulé pour devenir factrice, je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi dangereux avec les chiens, souffle cette agente qui assure les remplacements. J’ai toujours eu peur des chiens. maison où le portail a été rehaussé mais où le chien passe malgré tout la gueule par-dessus. Je l’ai signalé et depuis je n’y vais plus. Je ne me mets pas ma vie en danger pour un chien. déjà eu un manteau déchiqueté après m’être mise en boule. Mais je n’ai pas été blessée. J’ai vraiment une trouille pas possible des chiens…”

Leave a Comment