l’entrée en vigueur de l’audit obligatoire de nouveau reportée

Les passoires thermiques ne seront pas bouchées tout de suite. L’entrée en vigueur de l’audit énergétique obligatoire en cas de vente d’une maison ou d’un immeuble en monopropriété, pour lutter contre les logements les plus énergivores, a été reportée au 1er avril 2023, an annoncé le ministre du logement, Olivier Klein, mercredi 3 août dans un entretien avec Le Parisien.

Ce report est le deuxième : les premières dates auparavant prévues pour l’application de cette mesure étaient tout d’abord le 1er janvier, puis le 1er September 2022. « Ce report technique est indispensable compte tenu du manque d’entreprises et de personnels qualifiés pour établir l’ensemble des audits énergétiques qui seront nécessaires »explique M. Klein.

« Outils »

Plusieurs fédérations d’acteurs du secteur du diagnostic énergétique se sont félicitées de cette décision, qu’elles avaient demandée au gouvernement, mais insistent sur la responsabilité de l’Etat dans ce report. « Ce sont les services de l’Etat qui n’ont pas envoyé l’ensemble des documents nécessaires »indique à l’Agence France-Presse Stéphane Prouzeau, vice-president de la Fédération interprofessionnelle du diagnostic immobilier. « Les outils n’étaient pas disponibles »renchérit Thierry Marchand, l’un des administrateurs de la Chambre des diagnostiqueurs immobiliers de la Fédération nationale de l’immobilier (CDI-FNAIM).

Lire aussi: Article réserve à nos abonnes « La production de logement social devrait être au cœur des mesures de relance du pouvoir d’achat »

Le ministre assure que cette décision ne viendra pas interférer avec le calendrier prévu pour la loi Climat et résilience, promulguée le 24 août 2021, en ce qui concerne les locations d’habitations considérées comme des passoires the Autrement dit, il s’agit toujours d’interdire dès 2025 la mise en location des logements classés G par le diagnostic de performance énergétique (DPE), et en 2028 pour ceux classés F. « Il est horses de question que [ce calendrier] soit remis en cause, car rénover les logements c’est bon pour la planète, pour la souveraineté énergétique et pour le pouvoir d’achat »souligne M. Klein dans Le Parisien.

« Sous-estimation »

« Il va forcément y avoir un retard », juge au contraire Hassad Mouheb, le président de la fédération des diagnostiqueurs immobiliers Fed Experts, en raison de « la sous-estimation du nombre de passoires énergétiques ». La France compterait 5.2 millions de ces logements over 30 millions de résidences principals, chiffre qui dépasse celui établi lors de la précédente estimation, en 2018 (4,8%.), selon une étude de l’Observatoire national de la énergrétique énovation La part de « passoires » est plus élevée parmi les résidences secondaires (32%, soit 1,2 million de logements) and parmi les logements vacants (27%, soit 0.8 million de logements).

Dans ces conditions, reporter encore l’entrée en vigueur de l’audit énergétique obligatoire est « déplorable »selon M. Houheb, qui constate que la France a déjà « beaucoup de retard sur la transition énergétique dans le bâtiment ».

Le Monde avec AFP

Leave a Comment