La route de la soie ferroviaire se rallonge pour contourner la Russie

e terminal ferroviaire de Xian est le point de départ de la route de la soie en Chine à destination de l’Europe. LIU XIANG/Xinhua via AFP

Les géants du transport proposent désormais un trajet en train plus long mais ne passant pas par la Russie pour importer en Europe des produits fabriqués en Chine.

Le Français CMA CGM par l’intermédiaire de sa filiale Ceva et le Danois Maersk sont touchés. Depuis avril, les géants du transport international empruntent une voie peu usitée pour importer en Europe des produits «made in China»: une route appelée «middle corridor», ou le trajet se fait majoritairement en train, mais qui comporte quelques traversées en bateau. «Les conteneurs arrive de Chine sur le rail jusqu’au port d’Aktaou, au Kazakhstanexplique Maersk dans un communiqué. Là, ils sont chargés sur une barge pour traverser la mer Caspienne jusqu’à Bakou, en Azerbaidjan. Puis ils vont en train jusqu’à Poti, en Géorgie, où ils traversent la mer Noire par bateau jusqu’à Constanta, en Roumanie.” Dernière étape, ils prennent le train, le plus souvent jusqu’à Duisbourg, en Allemagne. Un sacré périple, qui prend trente jours contre vingt seulement pour la voie ferroviaire traditionnelle, plus au nord.

Mais, avec la guerre en Ukraine, les nouvelles routes de la soie ferroviaires, financées…

Cet article est réserve aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Deja abonné ? Connectez-vous

.

Leave a Comment