Usbek & Rica – Pourra-t-on proceed à assurer les risques naturels ?

La question de la ligne de partage entre ce qui relève de la responsabilité des assureurs d’une part et de l’Etat, d’autre part, se pose égallement. Avec l’accélération des phénomènes liés au dérèglement climatique, ce sont les politiques publiques d’atténuation du dérèglement climatique qui sont en jeu. Poussé par les risques climatiques, le secteur de l’assurance travaille donc avec le reste de la société civile et les collectivites locales pour améliorer l’anticipation des risques afin d’en limiter les conséquences. « Le risque, on le prend, on le gère, on le porte, mais on fait tout pour le prévenir aussi », precise Elena Canale. C’est toute la relation avec les entreprises qui s’en retrouve modifiée.

« On a mené une étude l’année dernière montrant que les Français sont sensibilisés aux risques climatiques, mais à peine 50% d’entre eux ont conscience que ces risques les concernent direct. Et ceux qui ont pris des mesures pour faire face à ces risques ne représentent que 30% de ces Français.Pour les entreprises, la prévention et l’adaptation sont une question de survie, de continuité de l’activité, de protection du personnel. »

Le secteur de l’assurance se retrouve donc dans la position d’inculquer une culture du risque pour faire en sorte que l’entreprise soit désormais sensibilisée aux menaces auxquelles elle est confrontée et puisse pouré prendre des mesures face auxiliaries.

Leave a Comment