l’Hormadi mise sur los angeles jeunesse et une nouvelle philosophie

On a commencé par un pré-camp, en intégrant beaucoup de jeunes U20, avant d’être au complet. Le camp final s’achève ce week-end, après nos deux derniers matchs amicaux (ce vendredi soir contre Bordeaux, NDLR). On aura eu à peine deux semaines d’entraînement, c’est donc très court. Force, on n’est pas en avance, mais les joueurs ont réussi…

On a commencé par un pré-camp, en intégrant beaucoup de jeunes U20, avant d’être au complet. Le camp final s’achève ce week-end, après nos deux derniers matchs amicaux (ce vendredi soir contre Bordeaux, NDLR). On aura eu à peine deux semaines d’entraînement, c’est donc très court. Force, on n’est pas en avance, mais les joueurs ont réussi à absorber la quantité d’informations dans un délai très court, c’est positif.

Quelle est votre philosophie de jeu ?

Je parle beaucoup de jeu de transition. Ce qu’il ya entre les phases défensives et offensives, et inversement. C’est ce qui donne de la vitesse à notre jeu. Sans forcément avoir des joueurs rapides, on peut contrôler ces transitions, à travers la manière dont on met la pression, intelligemment.

Le travail à la vidéo et les statistiques avancées sont maintenant devenus indispensables dans le hockey. Êtes-vous adepte de cela ?

Oui, tout à fait. On utilise InStat comme toutes les équipes et les gars ont de la vidéo tous les matins. Courte mais basée sur ce qu’on va travailler derrière sur la glace. Je reprends la vidéo après chaque entraînement. Ce sont des outils modernes, donc on y passe beaucoup de temps dessus pour bosser chaque détail que l’on ne voit pas en temps réel.


L’Hormadi entamera son championnat par la réception de Gap, le 9 septembre.

Nicolas Mollo

Vous faites partie de cette nouvelle génération d’entraîneurs avec Paredes (Cergy) ou Goldberg (ex-Angers), jeunes et adeptes des nouvelles méthodes de travail. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

On a tous nos qualités. Je suis plus jeune, j’ai un contact différent avec mes joueurs, mais personnellement, j’estime qu’un coach doit se renouveler tous les cinq ans. Je ne travaille plus de la même manière qu’il ya cinq ans, et dans quelques années ce sera encore différent. On s’adapte aux générations.

Sans parler de play-offs, l’objectif d’une saison se construit-il sur la durée, étape par étape ?

Avec l’expérience, c’est une erreur de ne penser qu’aux play-offs et que mes joueurs ne pensent qu’à ça. Oui, c’est dans un coin de notre tête. Je ne connais aucune équipe qui démarre la saison en disant : « Je ne veux pas aller en play-offs». Mais c’est du temps de perdu ; je préfère parler du processus: comment on va développer nos joueurs, dans quel système et quel compartiment du jeu ils vont s’épanouir…

Polodyan absent plusieurs semaines, Zubov non retenu : un renfort est-il prévu avant le début du championnat ?

Dans mes rêves, oui. Je suis un grand rêveur donc on verra. On a plusieurs pistes, on y travaille mais on ne veut pas se précipiter.

Leave a Comment