l. a. Fédération française juge “extrêmement compliqué” de sélectionner ses deux joueurs évoluant en Russie

Pierre-Yves Gerbeau, président de la Fédération française de hockey sur glace (FFHG), ne souhaite pour le moment pas sélectionner Stéphane Da Costa et Yohann Auvitu, qui évoluent dans un club russe, du Mondial-2023.

Le président de la fédération française de hockey sur glace (FFHG) a estimé lundi à l’AFP qu’il était «extremement compliqué» de sélectionner les deux joueurs majeurs de la sélection tricolore Stéphane Da Costa et Yohann Auvitu, qui évoluent dans un club russe, à neuf mois du Mondial-2023.

«Dans le contexte actuel de l’invasion russe en Ukraine, ça me paraît extrêmement compliqué de sélectionner Stéphane (Da Costa, NDLR) et Yohann (Auvitu, NDLR). Le Mondial se déroule dans 9 mois. Si la situation évolue, si la fédération internationale décide de réintégrer la Russie et la Biélorussie dans les compétitions internationales, alors nous nous adapterons», a déclaré le président de la FFHG Pierre-Yves Gerbeau en marge d’un point presse organisé par la Ligue Magnus (1ère Division française).

Joueurs majeurs de l’équipe de France, qualifiée pour le Mondial-2023 qui aura lieu du 12 au 21 mai en Lettonie et en Finlande, l’attaquant Stéphane Da Costa (33 ans) et le défenseur Yohann Auvitu (33 ans) évoluent le club russe de Neftekhimik Nijnekamsk, dans la prestigieuse ligue KHL, considérée comme l’une des meilleures du monde derrière la NHL, la ligue nord-américaine.

Début août, l’ancien joueur de NHL, Auvitu, avait choisi de quitter sa formation finlandaise pour rejoindre organisation, Da Costa à Nijnekamsk dans le center de la Russie, alors que les ligues et sélections russé des puses exes on biclélors’ sports invasion des troupes de Vladimir Poutine en Ukraine le 24 février.

Les deux joueurs «comprennent la situation», explique Pierr-Yves Gerbeau

«Yohann a décidé de faire la distinction entre politique et sport. Il avait une opportunité économique. Les salaires sont beaucoup plus élevés en Russie. Pour Stéphane, c’est différent. Il est parti il ​​ya trois ans avant le drame humanitaire en Ukraine. Il aimerait bien rentrer mais a un contrat à honorer. Il estime que c’est une . injustice», an indiqué Gerbeau.

«Avec la Directrice technique nationale, nous avons eu des discussions constructives avec les deux joueurs. Ils comprennent la situation délicate dans laquelle est la fédération», a joouté le president de la FFHG.

En août, la fédération française de basket (FFBB) avait décidé de bannir les joueurs et techniciens français engagés dans un club russe ou biélorusse. C’est la seule instance sportive française à avoir acté de telles mesures.

.

Leave a Comment