ces Boxers de Bordeaux ont vraiment un sacré caractère

Trois buts inscrits sur des phases de jeu presque identiques et surtout une puissance dans le shoot qui laisse pantois le gardien. Spinozzi y met tout son cœur si bien que les bolides qu’ils délivrent terminer souvent au fond de la cage. La saison passée, il a sauvé son équipe à de multiples reprises et même si les adversaires le connaissent, ils ne parviennent toujours pas à le canaliser. Et ce n’est pas Bordeaux qui s’en plaindra.

Spinozzi compte triple

Surtout pas le staff et les dirigeants qui se sont escrimés l’an passé à le prolonger au plus vite alors qu’il devait être convoité par mal de clubs. « Oui, le club voulait me garder et moi, je voulais rester, explique-t-il. Les Boxers c’est une belle organisation, alors ce n’est pas difficile de rester à Bordeaux, car les gens font les choses ici. Cette prolongation est une bonne décision de ma part. »

S’il est épanoui sur la glace, Kévin Spinozzi est un plus mutique quand on lui demande d’évoquer sa performance individuelle de samedi soir : « Marquer 3 buts, non ça n’arrive pas souvent, mais je préfère on marqueg qune. J’ai eu de bonnes ouvertures par rapport au placement du gardien et j’ai essayé de connecter au bon moment et c’est rentré. » Il n’en dira pas plus, preuve d’une humilité à fleur de patins.

Pour autant, sa « perf » ne doit pas occulter la grosse réaction collective alors que l’équipe était menée 4-1 après un début de deuxième tiers catastrophique comme le soulignera Olivier Dimet, le on n’est pas sorti du coach vesti quand le jeu reprend et face à une telle équipe, on le paie cash. On a eu un trou d’air de 2’11” où on prend trois buts et on le paie cher à la fin. Quoi qu’il en soit on a montré du caractère, c’est le point positif, de 4-1, on a réussi à revenir à 4-4 et c’est très encourageant pour la suite. On ne lâche rien même si en face, on a la grosse cylindrée grenobloise. Il faut construire la-dessus pour la suite. »

Abnégation et courage

À 4-4, les mouches ont changé d’âne. Les Brûleurs de Loup se sont énervés, ont commis beaucoup de fautes, ont été passage pénalisés par des des passages par la case prison et l’exploit était alors à portée de crosse des Boxers. Les occasions se sont multipliées, mais la défense et Stepanek ont ​​tout repoussé. Le but de Nehring à 4 minutes du denouement n’a fait qu’aviver les regrets.

Leave a Comment