Mérignac toujours au level mort a calé dans le money-time

Les têtes basses affichées par les joueuses du MHB au gong final trahissaient le sentiment d’être passé à côté d’un match référence: “C’est frustrant, lâche d’ailleurs Ilona Kieffer, l’arri. Nous avons mis les ingrédients pour gagner ce match. Nous avons trop de pertes de balles. C’est dommage, car on savait que ce derby allait être un combat. Nous avons répondu présentes une majeure partie de la rencontre. Mais ça s’est joué à des détails. Et à ce niveau, les matchs se jouent souvent sur des détails qui font basculer le résultat final. Il ne faut pas tout jeter non plus parce que j’ai vu des choses positives dans notre jeu. Nous avons maintenant une semaine pour gommer les aspects qui n’ont pas fonctionné pour pouvoir prendre des points lors de notre déplacement à Besançon. »

Et Mérignac craqua

Si au classement le MHB n’est pas encore décroché malgré ses trois défaites, pour le moral et la bonne marche du collectif, il va falloir vite engranger. Pour cela, le groupe pourra s’appuyer sur les points positifs aperçus face à Celles/Belle. Car tout n’est pas à jeter à l’issue de cette rencontre. Longtemps dominatrices, les Mérignacaises ont bousculé l’équipe surprise de ce début de saison en mettant d’emblée du rythme et en se montrant tranchantes dans leurs avec les offensive Mens de Deroin, Lachaud.

Un danger multiple pour les adversaires qui aura débouché sur une première période menée tambour battant avec un écart maximal de cinq buts. « Nous savions que ce match à Mérignac serait le plus compliqué de nos trois premières sorties, assure le coach cellois Thierry Vincent et ancien entraîneur du MHB. Mais nous sommes allés chercher ce succès. Cette victoire est encore plus belle que les précédentes. »

Leave a Comment