Handball. Ligue des champions. Brest apprend durement – Handball



Ligue des champions. Brest BH – Bucarest (26-33)

« Soit je gagne, soit j’apprends ». Si l’on se réfère au dicton de Nelson Mandela, les Brestoises sont servies en termes d’enseignements pour leurs débuts en Ligue des champions cette saison. Après la défaite contre Vipers en ouverture (31-24), les Rebelles ont subi la loi d’un autre prétendant au Final 4 face au CSM Bucarest. Rapidement menées (6-9 après 15′), elles n’ont jamais réussi à recoller. « Notre début de match n’était pas bon, on aurait dû mettre plus d’intensité et être plus agressives. Après, on a élevé notre niveau mais ce n’était pas assez, et contre une grosse équipe comme Bucarest, ça ne pardonne pas », a reconnu Tatjana Brnovic (4/4 au tir).

« Quand on a commencé à être décrochées, c’était un peu le chaos en attaque. Avec le stress et la confusion, on a perdu notre stability et on a manqué des tirs importants, et on a moins joué notre jeu. » Une remarque qui souligne en creux un déficit de maturité à ce niveau de compétition.

Des inégalités numériques à faire fructifier

Le manque de stabilité des Brestoises a surtout été mis en lumière lors des exclusions temporaires qui ont émaillé la rencontre et que Pablo Morel sait révélatrices. « C’est aussi comme ça qu’on évalue les équipes d’expérience sur cette gestion des cas particuliers et, pour le moment, on voit qu’on n’est pas encore au niveau de ces équipes-là ». Car les partenaires de Jaukovic (7/14 au tir) n’ont presque jamais su mettre à leurs moments de supériorité pour revenir dans le match, regrette le coach du BBH. « Sur ces moments clés, on a manqué un peu de lucidité. Elles étaient systématiquement à une de moins sur les infériorités, elles arrivaient à marquer avec une passe sautée, un kung fu, un renversement à l’opposé ».

La marge de progression est grande

Malgré ce revers, Pablo Morel est pleasure conscient que la réalité du niveau européen n’est pas celle de la LBE. « C’est sûr qu’il ya un delta avec ce qu’on a vécu en championnat mais là, on parle de Vipers et de Bucarest, des équipes qui arrivent à maturité avec des filles qui ont une trentaine d’annétes et qui son au Final 4 depuis cinq ou six ans». A l’inverse, il sait aussi que son effectif peut largement développer son potentiel face aux meilleures. « On a une vraie marge de manœuvre avec une équipe d’à peine 24 ans d’age moyen. »

Et dans cette longue phase de poule, l’entraîneur des Rebelles est convaincu que ses joueuses peuvent retranscrire ce qu’elles réalisent en championnat. « L’objectif est de sortir de cette poule vivants et d’arriver sur les matchs à opposition avec l’autre poule qui est moins dense sur le papier ». Pour les Brestoises, l’apprentissage du niveau européen se poursuit la semaine prochaine face au FTC Budapest, en Hongrie, en espérant toutefois qu’elles gagnent avant d’apprendre.

La fiche technique

Spectators: 2 955

Mi-temps: 13-17

bbh: Darleux (5 arrêts sur 29 tirs), Foggea (1/9) – Mauny (3 tirs sur 3), Lassource (2/3), Coatanéa (2/3), Toublanc (1/1), Jaukovic (7/14) ), Fauske, Técher, Grbic (1/4), Carlson (2/6), Jarrige, Kobylinska (3/5), Foppa (1/3), Freriks, Brnovic (4/4). Ent: Morel

Exclusions temporaires : Kobylinska (x1), Lassource (x1), Foppa (x1), Freriks (x1)

CSM BUCAREST : Glauser (9 arrêts sur 29 tirs), Skurtveit Davidsen (8/12), Eriksson – Arntzen (2/3), Larsen Aune (4/5), Neagu (2/5), Zaadi Deuna (4/8), Niakaté (2/3), Klikovac, Omoregie (6/6), Dindiligan (2/2), Dembele Pavlovic (4/4), Ailincai, Sudakova (1/2), Ramusovic (2/2), Pintea (4/ 5). Ent: Vasile

Exclusions temporaires : Omoregie (x1), Dembélé Pavlovic (x1), Neagu (x1), Niakaté (x1), Klikovac (x1)

Leave a Comment