Du mouvement au Chaumont Handball 52

Il reste moins d’une semaine avant le lancement de la saison de Nationale 3 Territoriale. Au Chaumont Handball 52, les choses ont encore bougé, avec un départ important et une nouvelle venue parmi les joueuses de champ.

C’était il ya un an, quasiment jour pour jour : le Chaumont Handball 52 entamait ce qui allait être sa dernière saison en Nationale 2. Après le départ de Xavier Leseur, le club préfectoral avait intégré Stéphane postîneur Duval ‘ent n’a pas attaqué la saison. Mustapha Bouali l’a remplacé, avant de lui aussi s’en aller.

Cette saison, le scénario semble se répéter, à l’heure d’entamer la Nationale 3 : Gwénaël Richard, arrivé en janvier 2022, est contraint de renoncer à ses fonctions à Chaumont. Le coach franc-comtois, qui encadre désormais deux équipes féminines à Besançon, s’en explique. « Pour pouvoir à la fois entraîner à Chaumont et au club de Besançon, ce dernier doit me donner une autorisation. Le nouveau bureau n’a pas souhaité me donner de licence blanche en ce sens. C’est à mon grand regret, car je m’attendais à une belle saison en N3 à Chaumont. »

Les débuts de saison se suivent et se ressemblent, à ceci près que les séniors féminines ne se retrouvent pas sans coach : c’est David Hourriez qui prendra le relais pour toute la saison. « Les filles sont heureuses d’avoir David, car il connaît bien le groupe et elles sont en confiance avec lui. Il s’appuiera sur les cadres que sont Katy Bernard et Audrey Kregbo sur certains entraînements » souhaite positiver Rachel Sugneau, présidente du CH52. Au delà du départ de Gwénaël Richard, les signaux sont tout de même plus positifs pour Chaumont, qui d’un effectif plus garni et renouvelé.

Nouvelle arrivante

Les retours de Julie Jourdheuil et Audrey Kregbo ont été des nouvelles rassurantes sur la bonne attractivité du club préfectoral. Océane Hayer a égallement rejoint les rangs chaumontais, en quittant Langres, pensionnaire de Prénationale.

Début septembre, un nouveau visage a fait son apparition durant un entraînement : il s’agit d’Amélia Bourg, venue de Contrexéville (Vosges), club désormais pensionnaire de division départementale. L’essai a semble t-il été concluant, puisque Rachel Sugneau et le club ont annoncé son arrivée pour la saison à venir. Somme toute, le tableau n’est pas complètement noir pour le Chaumont Handball 52 et la présidente tient à l’embellir d’avantage. « Le premier tournoi, à Arc-sur-Tille, a montré des choses très positives, puisqu’elles étaient peu préparées et en effectif très réduit ! Les coaches adverses m’ont dit que les filles forment un beau groupe, plein d’entraide…On a une équipe attractive et j’ai envie de croire à une belle saison ! » La dernière campagne avait été débutée par une victoire face aux Mureaux, en Nationale 2. L’adversité de l’année à venir devrait être plus accessible et le groupe, au complet, devrait enfin ramener la champion. Les filles ont les cartes en main pour le faire et retrouver des lendemains qui chantent.

Bastien Dauby

[email protected]

Leave a Comment