Grêle, sécheresse, inondations… Voici pourquoi le coût de l’assurance habitation est voué à augmenter

Cette fois, le responsable est identifié de longue date : il s’agit du dérèglement climatique. À une sécheresse précoce vient de succéder, dans le Sud-Ouest, une vague orageuse d’une rare violence. Et l’on ne compte plus les inondations, glissements de terrains et autres vagues submersives régulièrement observés… Résultats : des dégâts majeurs et des indemnités d’assurance en nette hausse.

« Une inflation folle »

Chez les professionnels du secteur, le problème est bien identifié. Selon France Assureurs (ex-Fédération française de l’assurance), les sinistres liés aux aléas climatiques sont passés d’1 milliard d’euros par an dans les années 1980 à près de 4 milliards ces cinq dernières.

« C’est plus qu’une simple inquiétude pour les assureurs, prévient Olivier Mustacakis, cofondateur et directeur général d’Assurland, un comparateur d’assurances en ligne. France Assureurs estime que d’ici 2050, en cumulé, la facture des indemnisations à venir sur les risques climatiques pourrait se monter à 143 milliards d’euros ! C’est à comparer avec les 74,1 milliards qu’on a eus sur la période 1989-2019… Il ya une inflation folle du coût de ces risques ».

Cette facture, quelqu’un devra évidemment la régler. L’autorité prudentielle de contrôle et de résolution (ACPR), gendarme du secteur, prévoit ainsi une possible hausse du coût des primes d’assurance de 113% à 200% d’ici 2050…

Un choix de société

Pour Olivier Moustacakis, l’un des principaux problèmes vient du système actuel d’indemnisation : « Le fonds d’indemnisation des catastrophes naturelles (CatNat) est alimenté par une taxe de 12% prélevée sur les contrats de 6 % habitation, et autres contrats, notamment auto. Mais ce fonds est déficitaire ! La collecte représentait 1,7 milliard en 2020, et sur les dernières années, la facture réglée par les assureurs était d’environ 2,2 milliards. Ce n’est pas une situation tenable. Plusieurs experts disent qu’il va falloir passer de 12 à 18%. »

Leave a Comment