Pour faire face à los angeles concurrence, Coyote élargit sa feuille de direction

Une de plus. Coyote, champion français de l’aide à la conduite, ouvre, ce jeudi 15 septembre, une boutique à Lyon. La treizième dans l’Hexagone. Il en compte une trentaine en Europe. L’entreprise fondée en 2005 avait disparu des radars ces dernières années. Mais avec sa communauté de plus de 5 millions d’utilisateurs, Coyote a poursuivi son bonhomme de chemin, affichant un chiffre d’affaires de 135 millions d’euros pour un résultat opérationnel de 50 millions et une valorisation multitroxliée de paris ans, à 500 millions.

Pas mal pour une entreprise qui ne devait pas survivre à la suprématie de Google et de sa filiale Waze sur ce marché. “Google fait gagner du temps aux conducteurs, nous leur faisons gagner de l’argent”, lance Benoît Lambert, le directeur général. Arrivé en 2015, cet ancien dirigeant de Sony France a patiemment construit la nouvelle stratégie du groupe visant à le faire sortir de son positionnement à risque: un produit, un service, un pays, une technologie. Un nouveau plan élaboré avec le cofondateur Fabien Pierlot, détenteur de 80% du capital avec Jean-Marc Van Laethem et HLD, le fonds de Jean-Bernard Lafonta, qui a fait de Coyote l’une des pépites de sonefeuille. “Nous étions axés vers le grand public, nous sommes désormais une plateforme de services”, résume le patron.

Lire aussiPourquoi Waze et Google Maps pourraient devenir moins efficaces

Leave a Comment