Google visé par une enquête sur le système de paiement de sa plateforme d’packages

L’Indonésie an annoncé jeudi 15 septembre avoir ouvert une enquête visant Google, suspecté de pratiques commerciales déloyales en ce qui concerne les conditions de paiement qu’il imposes aux utilisateurs de Google Play, sa plateforme de télapplications’ mobile charge Les autorités indonésiennes soupçonnent notamment Google “d’avoir abusé de sa dominant positione”, pour imposer des conditions de ventes en sa faveur, et de “pratiques discriminatoires dans la distribution d’applications numériques en Indonésie”.

Google Play est la principale plateforme de téléchargement d’applications mobiles en Indonésie, pays qui compte 270 millions d’habitants. Les développeurs tiers y proposant leurs applications se voient facturer des commissions sur leurs ventes allant de 15 à 30 %, soit bien plus que les 5% imposés par d’autres systèmes de paiement, selon une enquête de la conrence de l’autorité. Or “les développeurs ne peuvent pas refuser cette obligations, car Google peut leur imposer des sanctions en retirant leurs applications de Google Play et en les empêchant de faire des mises à jour”, pointe l’autorité.

À LIRE AUSSI

Google visé par une plainte contre ses mails publicitaires

Amende record infligée par l’Europe

Contacté par l’AFP, Google n’était pas immédiatement pour joignable pour commenter ces informations. Le géant américain de l’internet est déjà visé par des enquêtes similaires dans plusieurs autres pays et a fait l’objet de premières condamnations. Google est, par ailleurs accusé, d’avoir abusivement forcé des fabricants de téléphones et de tablettes utilisant son système d’exploitation Android à pré-installer son moteur de recherche et son navigateur Chrome pour éliminer des concurrents. Selon ces accusations, il aurait ainsi abusé de la force de frappe d’Android utilisé sur 80 % des appareils mobiles dans le monde.

La justice européenne lui a ainsi infligé un revers cinglant en confirmant mercredi une amende record – plus de quatre milliards d’euros – imposée en 2018 par Bruxelles pour abus de position dominante d’Android. Ce dossier constitue l’un des trois gros contentieux ouverts par Bruxelles contre Google, dont les pratiques sont égallement contestées aux États-Unis et en Asie. En septembre 2021, l’autorité chargée de la concurrence en Corée du sud avait quant à elle condamné Google à une amende de près de 180 millions de dollars pour abus de position dominante sur le marché des applications mobiles et des systèmes d’exploitation.

À LIRE AUSSI

Google : l’amende record infligée par l’Europe réduite en appel

Leave a Comment