Google veut utiliser des lasers spatiaux pour de l’web haut débit dans les avions et les rovers martiens


Utiliser des lasers pour diffuser l’Internet sur de longues distances et fournir des vitesses allant jusqu’à 1,6 térabits par seconde. Telle est la promesse d’Aalyria, une startup issue d’Alphabet, la maison-mère de Google.

La filiale affirme que sa technologie peut fournir un accès Internet à des régions reculées du monde, mais aussi dans l’espace pour connecter des rover sur Mars ou une base sur la Lune. «
Nous pouvons orchestrer des maillages urbains à haut débit et des opérations de réseau unifié mondial, et nous pouvons aider à connecter les trois prochains milliards de personnes
», affirme Chris Taylor, PDG d’Aalyria. « Nous pouvons le faire dès à présent, et à l’échelle ».

Un contrat de 8 millions de dollars pour déployer d’ici neuf mois

Les deux technologies sur lesquelles s’appuie Aalyria sont Spacetime et Tightbeam. La première est une plateforme logicielle qui gère stations des réseaux de terrestres, d’avions, de satellites, de maillages urbains et d’autres systèmes afin d’optimiser les liaisons par antennes sur terre, en merles et dans. Tightbeam est une « technologie avancée d’optique spatiale sans lumière cohérente » qui utilise des lasers pour faire passer les données à travers l’atmosphère et les conditions météorologiques »
100 à 1000 fois plus vite que tout ce qui est disponible aujourd’hui.
»

Selon Aalyria, le projet sera déployé d’ici six à neuf mois. L’entreprise a décroché un contrat de 8 millions de dollars avec la Defense Innovation Unit qui vise à développer un Internet sécurisé dans l’espace pour les secteurs public et privé. «
La vision et l’approche technique d’Aalyria permettent, pour la première fois, une solution complète de communication et de réseau pour la dissuasion intégrée
», a déclaré Bob Work, ancien secrétaire adjoint à la Défense. « Il n’y a rien de tel ».

Aalyria fait son entrée sur ce marché de l’Internet spatial alors que Starlink, la société d’Internet par satellite de SpaceX, avance à grands pas dans le déploiement de son réseau.

Une technologie issue du projet Loon

Starlink, Aalyria et d’autres sociétés Internet basées sur le signal visent à connecter les usagers là où l’infrastructure physique est soit impossible, soit d’un coût prohibitif. Plutôt que de laisser les habitants des régions reculées dépendre de systèmes satellitaires plus anciens qui sont souvent lents et moins réactifs, les progrès des satellites en orbite terrestre basse ou de la technologie laser periffnettant av d’endà d’it . Par exemple, Starlink a pu apporter l’Internet à haut débit à des tribus amérindiennes qui, auparavant, ne disposaient que de vitesses de 0,3 à 0.7 Mbit/s. Le gouvernement américain considère égallement l’Internet à haut débit comme une infrastructure essentielle et prévoit de dépenser 401 millions de dollars pour améliorer l’accès dans les zones rurales américaines.

Pour la petite histoire, Aalyria est née des cendres de Loon, le projet de ballons stratosphériques pour transmettre l’Internet sur lequel Alphabet a planché plusieurs années avant de l’abandonner faute de viabilité financière.


Article de CNET.com adapté par CNETFrance

Image: byakkaya / Getty Images

Leave a Comment