le LIV Excursion, ou «l’aberration» des pétrodollars saoudiens

EDITO

L’Arabie saoudite investit encore plus dans le monde du sport en créant le LIV Tour, circuit de golf dont la deuxième étape a lieu jeudi 30 juin à Portland, aux États-Unis. Pour l’éditorialiste sport d’Europe 1, Virginie Phulpin, le monde feutré du golf est terni par l’influence des pétrodollars, une “aberration” qu’on ne voyait jusque-là que dans le football.

“Avant, quand on pensait à la couleur verte au golf, on voyait devant nos yeux de magnifiques greens lesquels swinguaient les clubs de gentlemen attachés aux traditions. Désormais, le vert est plutôt la couleur des billets oud des que l’Arabe com” petits pains pour prendre le pouvoir en écrasant les autres au passage. Et l’Arabie saoudite, plus lente que le Qatar au démarrage, a mis un coup d’accélérateur impressionnant ces dernières années : un grand prix de Formule 1, le Dakar, le rachat du club de foot anglais de Newcastle, et maintenant le LIV Tour.

De nombreux golfeurs attirés par le LIV tour

Elle a créé de toutes pièces ce circuit de golf pour concurrencer directement le PGA, circuit historique. Et les Saoudiens n’ont pas fait dans la dentelle. Ce ne sont pas les greens qu’ils arrosent, ce sont les golfeurs. Forcément, quand vous offrez à Phil Mickelson, un des grands noms du golf, la bagatelle de 200 millions de dollars pour qu’il participe à la 2ème étape de votre tour tout clinquant à Portland, vous essuyez assez peu de refus.

Mickelson n’est pas le seul, de nombreux golfeurs parmi les 100 meilleurs du monde ont suivi. Ils sont attachés aux traditions, mais ça dépend combien vous donnez pour qu’ils les piétinent. J’ironise, mais c’est difficile de leur en vouloir. Comment dire non à des sommes pareilles ? Le problème, c’est que ça puisse leur être proposé, qu’un circuit soit créé sur la seule base des pétrodollars.

Une ambiance délétère dans le golf mondial

Il ya des noms d’oiseaux qui fusent, on traite de traîtres les golfeurs qui ont été sensibles à l’appât du gain. Le PGA, le tour américain, a même exclu de son circuit les coupables. Le circuit européen a aussi pris des sanctions, des amendes et l’interdiction de participer à certaines épreuves. Autant, on a l’habitude au foot par exemple, de ces règlements de compte entre ennemis, on en a eu un exemple avec les inventeurs de la Superleague et l’UEFA. Mais au golf, ce genre d’ambiance est moins courante.

Cela dit, ce LIV Tour si décrié peut aussi apporter de bonnes surprises. Les circuits européen et americain font bloc face à l’ennemi. Ils ont signé hier un nouveau partenariat jusqu’en 2035. Ils collaborent, ils inventent des ponts entre l’Europe et les États-Unis pour que les tournois soient plus alléchants. Ça n’était pas le but de l’Arabie saoudite, mais son circuit pavé de dollars plus que de bonnes intentions va peut-être réveiller les belles endormies européennes et américaines.”

Leave a Comment