Finca Cortesin, l. a. perle andalouse

Sport

Le prestigieux parcours andalou sera l’hôte de la Solheim Cup en 2023. Un honneur de plus pour ce resort de grand luxe qui conjugue l’art de vivre à tous les modes.


Par Miguel Tasso

Pour les visiteurs belges, l’endroit dégage un parfum particulier. Il est vrai que c’est ici que Nicolas Colsaerts a remporté l’une des plus belles victoires de sa carrière, lors du Volvo World Match-Play de 2012. Sa photo, trophée en main, est d’ailleurs toujours accrochée au mur du clubhouse.

En vérité, on ne présente plus Finca Cortesin, unanimement reconnu comme l’un des plus prestigieux resorts d’Europe avec un hôtel de grand luxe, un spa de rêve, des restaurants gastronomiques et, bien sûr, un parcours à la fois man ultra-challenge. Au sud de l’Espagne, sur la route de Casares, entre Marbella et Sotogrande, il n’y a pas plus belle adresse pour les golfeurs épicuriens.

En 2023, le club andalou sera plus que jamais sous les feux de la rampe. Il accueillera en effet la Solheim Cup, équivalent féminin de la Ryder Cup. « C’est un grand honneur d’être l’hôte d’un événement de cette dimension qui sera retransmis aux quatre coins du monde, et notamment aux États-Unis. Notre parcours se prête très bien au format de match-play et ce sera une magnifique vitrine »explique Francisco de Lancastre, directeur général du golf.

Lire aussi> Golf : Les belles escales de la Costa Brava

Dessiné par Cabell B. Robinson avec l’aide du paysagiste Gerald Huggan, le « championship course » est effectivement très spectaculaire avec, pêle-mêle, des départs surélevés, des fairways pentus, des bunkers savamment placés, ques bien sûr, des greens ondulés. Il symbolise pleinement le « target golf » à l’américaine. Pour rentrer une bonne carte, il faut à la fois prendre des risques et faire preuve de stratégie.

Des pyramides de balles attendent les golfeurs au practice. ©DR

Quelques trous sont inoubliables. Le n° 3, par exemple. Il s’agit d’un par 5 de près de 500 mètres où il faut bien doser ses coups pour atteindre un green ceinturé par un lac sur la gauche et des bunkers sur la droite. Le n° 7 est le plus long par 4 de la Costa del Sol (452 ​​m). Un vrai défi, surtout lorsque le vent est de face. Par 3 de plus de 200 mètres, le n° 10 est ultra-spectaculaire avec, en toile de fond, les montagnes d’Estepona.

Le green, en form de guitare espagnole, s’érige en casse-tête pour les putts selon la position du drapeau. Le n° 13 (par 4 de 323 mètres) est le plus scénique, avec un départ en hauteur et un green magique balisé par les pins parasols. Une vraie carte postale ! Enfin, le n° 18 (par 5 de 519 mètres) est le “finishing hole” par excellence.

Finca Cortesin n’est pas un club fermé, genre Valderrama ou Real Sotogrande. Certes, le green fee est à la hauteur de la qualité des lieux (entre 260 et 320 euros, selon les saisons). Mais c’est le prix d’une véritable expérience. Dès son arrivée au parking, le joueur est invité à laisser son sac à l’assistant de service. Il le retrouvera un peu plus tard déjà posé sur sa voiturette, au practice. Celui-ci, avec ses pyramides de balles, propose une vue sur toute la région!

Lire aussi>Golf : L’exclusivité de Sotogrande dans le sud de l’Espagne

« Notre priorité est de permettre à nos visiteurs de vivre un moment magique. Les flights sont programmés toutes les 12 minutes pour éviter les embouteillages (maximum 100 joueurs par jour). Les voiturettes sont équipées de GPS de la dernière génération. Des fruits et de l’eau sont distribués aux joueurs tout au long du parcours. Et cinq tees de départ sont disposés sur chaque trou pour permettre à tous les joueurs de savourer le moment, quel que soit leur niveau de jeu »résume Francisco de Lancastre.

Soucieux de respecter les nouvelles règles environnementales, Finca Cortesin fait aussi office de précurseur dans l’entretien de son parcours. L’eau nécessaire pour l’arrosage des fairways et des greens est ainsi recyclée pour répondre à tous les paramètres écologiques. Le nouveau gazon Bermuda, économe, s’inscrit dans la même vision. Et même les machines servant à l’entretien du parcours sont hybrides. Comment s’étonner, avec cet écosystème, que la faune et la flore règnent en maîtres dans ce resort pas comme les autres ?

Leave a Comment