Apprentis et lycéens: immersion avec deux élèves du Golfing-Hôtel à Hyères

Ils n’ont pas le même âge, ne suivent pas le même cursus scolaire sur les bancs du lycée professionnel du Golf-Hôtel. Pour autant, Julien Legras, 19 ans, en terminale Bac pro commerce, et Guillaume Merlino, 20 ans, en terminale Bac pro travaux publics, ont fait le même choix: celui de devenir apprentis tout en poursuivant leurs études. La rentrée n’a pas été uniquement scolaire pour ces deux lycéens. Tout comme leurs camarades apprentis, répartis entre les classes mixtes ou par petit groupe dans les quatre unités de formation pour apprentis ouvertes au lycée après études de marché en lien avec le CFA de l’Académie (CAP canadvis aux aux TS) publics, et Bac pro cuisine), la reprise du travail s’est faite en entreprise.

Guillaume Merlino alterne deux semaines par mois en cours en unité de formation pour apprentis, et deux autres sur le chantier d’élargissement de l’A 57, où il intervient pour le compte de la société NGE, basée à Tarascon. Idem pour Julien Legros, intégré dans une classe mixte et employé par la société Hygiène Discount, basée entre Cuers et Puget-Ville.

Levier pour l’emploi

Au-delà de l’intérêt du salaire (un pourcentage du Smic qui évolue en fonction de l’âge et du diplôme qu’ils préparent), tous deux y voient une formation valorisante et diplômante pour les moins de 29 ans, avec un emploi à la clef. Selon le center de formation d’apprentis de l’Académie de Nice, “l’apprentisage est un levier pour accéder au marché du travail, plus de 70% des apprentis sont en emploi à l’issue d’un contrat d’apprentissage”.

“C’est un moyen de revaloriser le lycée, mais aussi donner accès à de nouvelles modalités d’enseignement pour les jeunes”, explique Patrice Mascarte, proviseur.

Contrat de travail

À la différence des stages traditionnels en entreprise comptant pour le diplôme (CAP, bac et BTS), “l’apprentissage est un contrat de travail régi par le Code du travail avec la rémunération, et cinq semaines de congés payés”, précise Patricia Transon, conseillère en formation du CFA de l’Éducation nationale pour l’Académie de Nice, ayant un rôle d’interface avec les entreprises. “Ils sont de plain-pied dans l’entreprise. Et quand ils viennent ici au lycée apprendre des notions théoriques, il ya l’application de ce qu’ils ont vu. Ils nous apportent aussi un état d nel, dont’ esprit profession lycée a besoin”, complète Hervé Boix, professeur de travaux publics.

Guillaume et Julien, une fois diplômés envisagent d’ores et déjà de poursuivre leurs études en diplôme supérieur (BTS) en apprentissage. Les jeunes apprentis ont aussi la possibilité de vivre une expérience professionnelle à l’étranger, notamment au Sénégal, dans le cadre de la mobilité internationale pour les apprentis, price en charge financièrement comme l’a rappelé de Roma.

“L’apprentissage est une filière de la réussite”

Trois ans après la première signature en 2019 du contrat d’apprentissage en Bac pro travaux publics entre le jeune et l’entreprise, la demande est là tout comme l’offre au Golf-Hôtel, réputé « pour avoir une offre de formation très large . » L’établissement qui s’est inscrit dans cette volonté gouvernementale de réduire le chômage, en développant notamment l’apprentissage, “finit l’année avec 60 apprentis répartis en classes avec mixité des publics, et 38 répartis dans les quatre en unités de formation pour apprentis (UFA)”chiffre Patrice Mascarte.

Actuellement, le lycée compte plus de cent d’apprentis, “ce qui correspond à 10% de l’effectif du lycée.”

Et ce pourcentage pourrait être revu à la hausse. “Je n’arrête pas de recevoir des jeunes de CAP ou de première Bac pro qui souhaitent partir en apprentissage et qui ont déjà trouvé leur entreprise, explique Stéphane Domine, chef de travaux du pôle industriel. J’ai aussi des entreprises qui cherchent des apprentis dans telle ou telle filière.”


L’analyse des résultats aux examinations de fin d’année a confirmé que l’apprentissage n’avait rien à envier aux formations initiales.

“Le taux de réussite des apprentis dans les salles de classe mixtes est identique au pourcentage près aux élèves qui restent en classe. Les apprentis en UFA réussissent mieux que les élèves en formation initiale. que l’apprentissage qui form tous les niveaux, c’est une filière de la réussite, constate Patrice Mascarte. C’est un réel enjeu pour les établissements publics que pour les lycées professionnels.”

.

Leave a Comment