Los angeles première venue de John Textor à un fit à Lyon, un bon signe pour le rachat du membership ?

Au Parc OL,

Les trolls les plus tenaces aiment rappeler que Jack Kachkar avait lui aussi assisté à un match de son futur ex-club 15 ans plus tôt. L’improbable homme d’affaires canadien avait d’ailleurs fait ça bien, en enchaînant tour d’honneur au Vélodrome et danse sur une table dans le vestiaire marseillais, à l’issue d’une qualification en Coupe de France contre l’OL (2-1). Lionel Messi a peut-être ruiné cette perspective de fin de soirée à John Textor, dimanche au Parc OL, en précipitant une troisième défaite consécutive (0-1) de l’équipe lyonnaise en Ligue 1. Il n’empêche que l’investiss américain de 56 ans a bel et bien assisté à sa première rencontre au sein du formidable outil de Décines.

Faut-il y voir un signe rassurant en vue de son rachat du club, quatre jours après un article de L’Equipe évoquant ses difficultés à boucler son financement ? Même si John Textor n’a plus que 12 jours (la date limite des négociations exclusives a été fixée au 30 septembre) pour acquérir l’Olympique Lyonnais, via sa société Eagle Football, l’entourage du club n’a pasé officieltri lais la moindre inquiétude.

Le processus d’acquisition de l’OL suivrait « normalement son cours », alors que l’homme d’affaires américain doit racheter 66,56% des parts sociales, dont celles du président Jean-Michel Aulas, actuel actionnaire de référence (27 ,56%), mais aussi cells de pathé (19.26%) and du fonds d’investissement chinois IDG Capital (19.74%), pour un montant estimé autour de 600 millions d’euros. Parmi les éléments récents, depuis la dernière assemblée générale d’OL Groupe le 29 juillet, on notera que John Textor a démenti le 26 août, via son compte Twitter, « envisager » reprendre le club du Vitesredi Arn’hem (comE) évoquait un média néerlandais.

Ces derniers jours, plusieurs médias affirment par contre que l’un des deux associés de John Textor au sein d’Eagle Football, Bill Foley, souhaitrait racheter le club anglais de Bournemouth, actuel 12e de Premier League. Une actualité susceptible de compromettre l’investissement de John Textor à Lyon ?

Il n’y aurait pas de conséquence directe en apparence pour celui qui est déjà proprietaire du club de Botafogo (Brésil), et co-actionnaire de Crystal Palace (Premier League) et de Molenbeek (D2 belge). Mais toujours est-il que John Textor n’a pas encore versé le moindre euro pour son acquisition à Lyon, trois mois après avoir été présenté en conférence de presse comme le nouvel actionnaire majoritaire du club.

Après avoir déjà critiqué à plusieurs reprises le modèle économique du PSG, il a pris place dans la tribune présidentelle du Parc OL dimanche, entre Jean-Michel Aulas et son directoreur du football Vincent Ponsot.

Un supporteur à l’affût d’une photo price à Bruxelles

Plus tôt dans la journée, la première personne à l’avoir accueilli dans la région lyonnaise n’est autre que Max, un supporteur de l’OL accro à la surveillance des vols en temps réel. Il ya trois ans, 20 Minutes avait justement consacré un sujet insolite à Max et ses amis, presque autant attachés à l’appli Flightradar24 qu’à leur club de coeur. Max était seul, à 12h20, pour accueillir un John Textor descendant de l’avion à l’aéroport de Bron (Rhône) accompagné de son fils, avant de filer en taxi pour récupérer son épouse puis rejoindre Décines.

« J’ai vu que John Textor avait posté une photo depuis Bruxelles, samedi soir sur son compte Twitter, explique Max. J’ai donc regardé si le dimanche matin, il n’y avait pas un jet de réservé entre Bruxelles et Lyon. » Bingo, l’adepte à la « traque aérienne » de futurs joueurs, mais aussi donc de proprietaire en puissance, s’est pointé pour accueillir l’homme d’affaires américain. « Il était très cool, bien que surpris de voir un supporteur de l’OL dès sa sortie d’avion. Je voulais lui souhaiter la bienvenue, et il m’a dit que j’étais son premier selfie lyonnais. » Le premier d’une longue serie ? Tic, tac, tic, tac, d’ici au 30 September.

Leave a Comment