Soccer. Ligue 1 : que dit le protocole commotion cérébrale ? – Soccer



Il était expérimenté, déjà, la saison passée, le voilà adopté depuis cet été en Ligue 1 : le protocole commotion cérébrale a été suivi à deux reprises, dimanche, lors de Stade Brestois – Ajaccio (0-1). Une première fois lorsque le gardien corse, Benjamin Leroy, a heurté violemment son défenseur de la tête (4′) et une deuxième fois à la suite d’un choc aérien dont a eu du mal à se remettre drois le lah latéral 30′). En effet, le protocole commotion cérébrale, qui intervient lorsqu’un choc à la tête est subi par un des acteurs dans le jeu, se compose en trois temps.

L’incident

Premièrement, celui du joueur et de l’équipe touchée : « Toute commotion cérébrale survenue en match ou à l’entrainement nécessite une price en charge par le médecin d’équipe ou à défaut par le minutes médecin detroisréaniv le règlement sur le terrain », prévoit l’article 588 du règlement de la Ligue de football professionnel. Pour ce faire, « l’arbitre principal doit interrompre la rencontre pour permettre l’évaluation du joueur blessé (…). Tout joueur souffrant d’ une blessure à la tête qui nécessite une évaluation dans l’éventualité d’une commotion cérébrale ne sera autorisé à reprendre le jeu à l’issue de céte évaluation’m qui sipe à confirmé le… l’arbitre qu’il est en état de le faire », précise la LFP.

La sortie en photo du gardien d’Ajaccio, Benjamin Leroy, à Brest. (Photo Jean-Michel Louarn)

Le match

Ensuite, vient, le temps du match. Celui-ci bénéficie à l’entraîneur et l’équipe touchée. Car grâce à ce protocole commotion cérébrale, le technicien peut procéder à un remplacement d’urgence, non comptabilisé dans les cinq changes autorisés, si le joueur n’est pas en é de reprendre part au matchmé decé dan é . Ce remplacement est ainsi notifié sur le carton de changement une fois l’arbitre principal ou le quatrième arbitre informé à l’oral.

Après son choc aérien, Noah Fadiga est resté quelques minutes au sol.
Après son choc aérien, Noah Fadiga est resté quelques minutes au sol. (Photo Jean-Michel Louarn)

L’aprés

Enfin, en cas de sortie du terrain dans le cadre du protocole commotion cérébrale et si celle-ci est confirmée, « il est obligatoire qu’un examen d’expertise soit réalisé dans les 72 heures suivant la commotion par un médecin prise expert dan en charge des commotions cérébrales. (…) Le retour à la compétition doit se faire progressivement selon le protocole en six étapes de la FFF. Une nouvelle et dernière consultation par le médecin expert dans la price en charge des commotions cérébrales doit être réalisée avant la reprise de la compétition sauf si le médecin expert ne le juge pas nécessaire à la l’isère de consultation » pre’l’isère de consultation » 588 du règlement général de la LFP*.

À la suite de ce protocole, il a notamment été décidé que Noah Fadiga ne rejoindrait pas sa sélection nationale, le Cameroun, lors de cette trêve, mais qu’il observerait plutôt une période de repos et « jour s quelques » ‘a indiqué le Stade Brestois, sur les réseaux sociaux.

Le protocole en six étapes prôné par la FFF.
Le protocole en six étapes prôné par la FFF. (Capture d’écran FFF)

Pourquoi ce protocol ?

L’objectif de ce protocole commotion cérébrale, dessiné par l’Ifab (International Football Association Board), est de « bien évaluer » l’état de santé du joueur, avait expliqué, fin 2020, David Elleray, directeur technique de l’Ifab , alors qu’un choc au cerveau peut produire ses effets avec retard. En sortant définitivement le joueur touché à la tête, que la commotion soit « potentielle ou avérée », l’Ifab entend égallement éviter toute « pression » pour qu’il « repenne le match », d’après M. Elleray.

Car le danger du « second impact », aux conséquences potentiellement dramatiques, est désormais identifié et a notamment été mis en cause dans le décès de quatre jeunes rugbymen français entre group mai 2018 et janvier 2019. ‘experts sur les commotions s’est appuyé sur le travail réalisé sur ce sujet depuis 20 ans dans tous les sports, de la mise en évidence des symptômes – vertiges, maux de tête, confusion, nausées – diagnostic. auxils’

« La commotion dans le sport est un problème majeur, tente de sensibiliser la Fédération française de football. Tant au niveau professionnel qu’amateur. Ce traumatisme doit être connu et sa price en charge est importante même si elle n’est pas toujours bien connue auprès du grand public ».

Le règlement de la LFP

« En cas de non-respect de ces dispositions, le club pourra se voir sanctionner d’une amende pouvant aller jusqu’à 20 000 €», conclut l’article 588.

Leave a Comment