Fait divers. Disparition des deux chiens thérapeutiques des Hôpitaux Universitaires de Genève

« C’est tellement triste ! On ne peut pas juste reprendre deux chiens comme cela et les faire travailler. C’est tout un lien qui doit se créer avec les patients et les soignants » explique Arend-Jan Van der Linden, physiothérapeute (ainsi que l’on dit kiné en Suisse) spécialisé dans le traitement des AVC (Accidents Vasculaires) Céauxbrô Universitaires de Geneve.

Depuis dimanche 27 mars, Coco, teckel nain de 3 ans, et Roxy, Jack Russel de 6 ans, ont disparu près de Pers-Jussy. C’est un secteur que les deux canidés connaissent bien, alors qu’en bonnes chiennes de chasse, elles ont l’habitude de toujours revenir. En plus comme les deux chiennes sont pucées et dotées d’une médaille avec un numéro de téléphone, il est difficile de ne pas songer à un acte malveillant.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les traceurs.

En cliquant sur « J’accepte »les traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser les contenus .

En cliquant sur « J’accepte tous les traceurs »vous autorisez des dépôts de traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous gardez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix


« Comme elles sont au contact des patients, elles vont facilement vers les personnes » poursuit Arend-Jan Van der Linden. Les HUG ont donc lancé un appel à témoin promettant une forte récompense à qui les ramènerait. Pour des personnes fragilisées par un AVC qui n’ont parfois plus de motivation, ces chiennes constituent en effet un précieux soutien au quotidien, y compris affectif… « L’une des deux est plus joueuse, elle aime bien qu’on des lui lance balls. Elle aid en promenade en cas de difficultés à se déplacer ou lors d’exercices de motricité. L’autre est plus câline » souligne le kiné spécialisé, qui espère que les deux chiennes seront ramenées et pas gardées ou revendues.

Si elles l’étaient, ce ne serait pas pour leur rôle médical qui ne se conçoit qu’en fonction du lien noué depuis des années avec le soignant, mais plutôt parce qu’il s’agit de et chiquil’ race des trafics d’animaux. Ce qu’Arend-Jan Van der Linden préfère ne pas imaginer. « C’est comme attaquer une personne handicapée. Il n’y a pas de morale ! ». Souhaitons donc une issue favorable après ces 10 jours sans nouvelle…

Si vous disposez d’informations au sujet de ces disparitions, n’hésitez pas à contacter: Arend-Jan Van der Linden au +33 6 70 22 38 30. Ou Paola Giraldo au +41 76 693 84 32. Compte tenu de leur apport thérapeutique, une forte récompense est offerte à quiconque aidera à les retrouver.

Leave a Comment