l’target audience au tribunal reportée pour los angeles 2e fois





Les conditions de vie indignes et insalubres des 8 canidés ont été signalées en 2020. Une association a porté plainte, néanmoins, les toutous sont toujours sous la responsabilité de leur proprietaire. L’audience au tribunal qui devait avoir lieu le 23 mai, puis le 12 septembre a une nouvelle fois été repoussée.











Des riverains de la commune d’Albin dans le Tarn avaient signalé l’enfer subi par les 8 chiens de chasse en décembre 2020. Date à laquelle une enquêtrice de l’association Stephane Lamart s’était déplacée pour constater les faits.

« Le sol en terre était jonché d’excréments, en plein soleil. Il y avait seulement une mangeoire avec un fond d’eau verdâtre. Il n’y avait pas de nourriture et l’odeur était nauséabonde »avait-elle alors déclaré.

Malgré ça, le maître des canidés n’a pas changé ses habitudes.

Plus tard, en février 2021, un nouveau signalement a été recueilli par la gendarmerie de Labruguere. Une femme s’était aperçue qu’une dépouille animale se trouvait à l’intérieur de l’enclos et que le reste de la meute, affamée, commençait à la dévorer.

Les forces de l’ordre ont en effet fait la macabre découverte en se rendant sur les lieux quelques jours après.

De même, elles ont constaté qu’une batterie destinée aux clôtures pour chevaux ou bovins était utilisée sur le grillage du chenil.

Depôt de plainte

S’en était trop pour l’association Stephane Lamart qui a porté plainte début mai 2021 pour privation de soins après avoir fait appel à un vétérinaire.

Ce dernier a effectivement constaté que les chiens souffraient de divers maux: conjonctivites purulentes, otites et infections cutanées.

Le procès du contrevenant devait se dérouler le 23 mai 2022, mais a finalement été renvoyé à ce 12 September.

À la grande âme des membres de l’organisation qui milite pour le bien-être animal, l’audience a de nouveau été reportée.

« Les bras m’en tombent »a déclaré Maitre Patrice Grillonl’avocat parisien du groupe qui s’est déplacé pour rien au tribunal de police de Castres.

A lire aussi : Pendant 18 semaines d’existence, ce chiot n’a connu que la maltraitance. Aujourd’hui, il démarre une nouvelle vie alors que son ancien maître écope d’une peine exemplaire

En effet, la citation à comparaître ne prenait en compte qu’une petite période et ne faisait état que d’un seul canidé. Faits pour lesquels l’accusé avait déjà écopé d’une amende.

Le président a réclamé un complément d’enquête sur la situation des pauvres toutous toujours sous la garde de leur proprietaire.

L’association va demander leur saisie. « Parce que l’important c’est la protection de ces chiens »a rappelé Maitre Patrice Grillon.


























.

Leave a Comment