Quand los angeles cryptomonnaie finance le terrorisme

Les djihadistes se sont tournés vers les cryptomonnaies pour éviter les contrôles sur les mandats, leur principal vecteur de fonds depuis 2013. Sveta/Adobe Stock

DÉCRYPTAGE – Deux hommes ont été condamnés vendredi à Paris pour transfert de monnaie numérique à des djihadistes.

Le cyberfinancement du terrorisme au tribunal. Vendredi, deux hommes de 26 et 23 ans on été condamnés à Paris pour “participation à une association de malfaiteurs terroriste” délictuelle et “financement du terrorisme”. Le Franco-Algérien Sami Allem a écopé d’une peine de quatre années de prison dont une avec sursis et le Franco-Marocain Abderrahman Cheikh, de quatre ans dont deux avec sursis. Encourant une peine de dix ans, ces petites mains du terrorisme étaient accusées d’avoir, entre 2018 et 2020, financé des djihadistes en Syrie via des réseaux de cryptomonnaie. Le montant transféré par cette filière, anime par trois islamistes depuis la Syrie, aurait atteint 280,000 euros.

Sami Allem et Abderrahman Cheikh avaient été interpellés le 29 septembre 2020 dans le cadre d’une opération lancée sous l’autorité du parquet national antiterroriste (Pnat) contre un réseau de transfert de fonds béné deséficiant Elle faisait suite à l’ouverture d’une enquête préliminaire ouverte le…

Cet article est réserve aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Deja abonné ? Connectez-vous

.

Leave a Comment