Comment Samsung a dépassé l’Apple Watch, avec un peu d’aide de Google

La puce BioActive de Samsung a permis à sa montre connectée de disposer de plus de capteurs et d’une meilleure autonomie que l’Apple Watch, leader du marché. Pourtant, Apple fut pionnier dans la mise en place de technologies de santé avancées sur le poignet, avec des percées comme le premier capteur ECG (éelectrocardiogramme) approuvé par l’Agence fédérale américaine des produits alimentaires et une auxiliary 2018 .

ZDNet a rencontré Taejong Jay Yang, responsable de l’équipe de recherche et développement de Samsung pour la santé, afin d’expliquer comment Samsung a pu aller si loin et si vite dans le domaine des montres connectées et la du santévi. Ce dernier souligne que, pendant des années, Samsung a consacré beaucoup d’efforts à l’amélioration du suivi du sommeil. Puis elle a fait un grand pas en avant dans le domaine de la santé avec le nouveau capteur 3-en-1 dévoilé dans la Galaxy Watch 4, son premier appareil à passer du logiciel Tizen, de Samsung, à Wear OS, de Google.

Google et Samsung ont tous deux eu du mal à suivre l’Apple Watch ces dernières années, mais le vent pourrait commencer à tourner.

Apple domine, Samsung progress

L’Apple Watch domine toujours le marché des montres connectées, avec 36% de parts de marché, tandis que Samsung occupe une deuxième place respectable, loin derrière, avec 10%, selon Counterpoint Research. Mais, au premier trimestre 2022, Samsung augmenté sa part de marché de plus de 20% comparé à l’année précédente, tandis que celle d’Apple a stagné.

L’une des raisons de la progression de Samsung pourrait être le fait que sa dernière technologie portable, la Galaxy Watch 4, mesure davantage d’aspects de la santé et possède des fonctionnalités que l’Apple Watch n’inclut pas encore.

Entre-temps, les deux sociétés sont en passe de lancer leurs appareils de nouvelle génération au cours des deux prochains mois – l’annonce de la Galaxy Watch 5 est attendue pour l’événement Samsung Unpacked et l’Apple Watch Series 8 lors de la keynote annuelle d’Apple en septembre.

Le sommeil, le premier grand pas de Samsung

Si on remonte jusqu’à 2014 et la première montre connectée Galaxy Gear, Samsung travaillait déjà sur le suivi du sommeil. En 2018, la Galaxy Watch suivait les cycles de sommeil et le sommeil paradoxal, deux ans avant l’arrivée officielle du suivi du sommeil sur l’Apple Watch, et quatre ans avant l’introduction des cycles de sommeil dans qui WatchOS 9, officiellement cet automne.

En 2020, la montre connectée de Samsung introduisait déjà des scores de sommeil et des informations automatiques sur les habitudes de sommeil de son utilisateur. L’année suivante, elle proposait le suivi du taux d’oxygénation de votre sang pendant votre sommeil, des scores de sommeil plus avancés et la détection des ronflements.

Mais c’est en 2022 qu’elle a fait le plus grand saut. La dernière montre de Samsung inclut désormais un coaching de sommeil gratuit, basé sur une intelligence artificielle donnant des conseils et des listes de contrôle pourer à améliorer sa aid qualité. Cette fonctionnalité propose beaucoup de contenu. Notamment, elle présente huit animaux pour caractériser votre sommeil et rendre l’interprétation de ces données plus ludique.

« Nous avons fait beaucoup de progrès en matière de technologie du sommeil », fait valoir Taejong Jay Yang.

Puce BioActive : la percée de Samsung

Mais là où Samsung a fait le plus de progrès, c’est avec le lancement du capteur 3-en-1 BioActive, en août dernier, dans la Galaxy Watch 4. Combinant la fréquence cardiaque optique, la fréquence cardiaque électrique et l’analyse de l’impédance bioélectrique dans une seule puce, le capteur BioActive détecte non seulement composition les battements cardiaques irréguliers et mesure les niveaux d’oxygène dans le sang, mais il art corperé égallement véelle répression Ces deux dernières fonctionnalités ont été intégrées à l’appareil de Samsung avant d’arriver sur l’Apple Watch.

« L’un des capteurs du BioActive est appelé BIA, et il mesure la composition corporelle. Il mesure la masse musculaire et la graisse du corps », indique Taejong Jay Yang. « Cette technologie n’existait pas il ya quelques années. Vous deviez aller à la salle de sport et tenir une sorte de poignée pendant 30 seconds à une minute pour mesurer votre composition corporelle. Maintenant, elle se trouve sur votre poignet et vous pouvez la mesurer quand vous le souhaitez. »

BioActive permet égallement aux gens de vérifier la variabilité de la fréquence cardiaque en continu, ce que l’Apple Watch ne fait pas encore. Si BioActive a été le pionnier de ces nouvelles fonctionnalités, la manière dont elles ont été mises en œuvre an égallement été déterminante.

« Nous avons développé cette puce BioActive qui combine plusieurs capteurs en un seul, ce qui la rend plus efficace et efficiente », affirme Taejong Jay Yang. « Et vous avez une batterie plus longue parce qu’elle est économe en énergie. »

L’Apple Watch Series 7 peut facilement tenir 24 heures avec une charge complète, mais la Galaxy Watch 4 dure environ 50 % de plus, soit un jour et demi.

Les prochains capteurs

Le fait que Samsung s’associe à Google dans le domaine des wearables et s’appuie désormais sur la plateforme Wear OS pour les logiciels semble avoir ouvert la voie à l’équipe chargée de la santé et des wearables’ de Samsung pourrequrequre son énergie et ses ressources à la conception de matériel et de capteurs – et pas seulement pour les montres connectées.

« Nous étudions d’autres facteurs de forme (pour les capteurs). Les écouteurs en font partie. Nous étudions égallement d’autres types d’appareils », précise Taejong Jay Yang. « Lorsque ces autres appareils sont combinés et connectés, alors nous pouvons utiliser l’appareil le plus approprié et tirer parti de cette capacité sur différents appareils. »

Reste à voir si tous ces appareils sont des wearables ou non. Mais il est clair que Samsung pense avoir enfin trouvé la voie du succès dans les montres connectées, et il ya encore beaucoup de travail à faire. Bien sûr, il ya toujours la question du suivi de la glycémie – qui concerne non seulement les 400 millions de personnes atteints de diabète dans le monde, mais pourrait également aider beaucoup d’autres à mieux le le mére ali régué.

« Nous investissons massivement dans le développement d’autres éléments biométriques. Nous les classerons par ordre de priorité en fonction des besoins des consommateurs et de leur impact », ajoute le responsable.

Des montres plus intelligentes à venir

Selon les rumeurs, la Galaxy Watch 5 et l’Apple Watch Series 8 devraient toutes deux inclure un modèle Pro dans leur gamme. Ces modèles pourraient être des versions plus robustes ou comporter des matériaux plus haut de gamme. Mais il est égallement possible qu’ils soient les premiers modèles à disposer des fonctionnalités et des capteurs les plus avancés.

Quoi qu’il arrive avec les modèles Pro, ces deux nouveaux appareils sont susceptibles de poursuivre la tendance à mettre le suivi de santé, qui coûtaient auparavant une fortune et nécessitaient de mobiliser du matériel desé et du appellants, s que centes de dans d’euros qui ont la capacité de surveiller votre état en permanence.

Il faut aussi garder à l’esprit que l’Apple Watch ne fonctionne pas avec les téléphones Android, et que la Galaxy Watch ne fonctionne pas avec l’iPhone. Ainsi, cette course aux capteurs entre les deux fabricants ne va pas inciter les utilisateurs à passer d’un écosystème à un autre. Mais cette course aux meilleures fonctionnalités et aux capteurs les plus avancés permet de faire avancer les deux entreprises, ce dont bénéficient aussi les utilisateurs.

Source : ZDNet.com

Leave a Comment