Comment choisir son assurance-santé?

Les salariés se posent rarement la question, signant machinalement le contrat de mutuelle interne sans y accorder beaucoup d’attention. Ils ont pourtant le choix de le refuser au profit du contrat de leur conjoint si les garanties y sont plus attractives. Comparer les deux n’est donc pas inutile.

Par ailleurs, si aucun des deux contrats n’est suffisamment performant, la souscription d’un contrat complémentaire peut aussi s’envisager… D’autant plus que le remboursement de la moitié de la prime par l’empeur laisse une marge de.

Enfin, peu de salariés savent que la prévoyance attachée au contrat d’assurance-santé ne couvre que le salarié de l’entreprise. Dans le cadre d’un contrat familial, le conjoint non salarié n’est pas couvert. Une information que beaucoup découvrent un peu tard.

Lire aussi Article réserve à nos abonnes Sera-t-il enfin plus facile de choisir sa complémentaire santé ?

Les consommateurs d’assurance-santé les plus dynamiques dans la recherche des meilleurs contrats sont donc les non-salariés, de plus en plus nombreux, compte tenu de l’évolution de notre modèle économique et du vieillissement de la population.

Bien que des progrès aient été faits (des exemples de montants figurent désormais parallèlement aux pourcentages dans les tableaux de garanties), ce travail de sélection se révèle toujours compliqué. Alors, à quoi faut-il faire attention ?

Prendre en compte ses besoins personnels

D’abord, looking attentivement ce que couvre le contrat. Les garanties sont présentées en plusieurs temps : les yeux, les dents, les spécialistes, l’hospitalisation… Pour chacun des actes, il est important de connaître les montants d’indemnisation et les plafonds de remboursement.

Aussi intéressant soit-il en termes de rapport qualité-prix, le contrat peut ne pas convenir à tous les profils. Dans le secteur de la santé, encore plus que dans d’autres, ce sont les besoins personnels qui vont permettre de souscrire l’assurance la plus adaptée. Etre vigilant à la price en charge du remboursement des appareils auditifs ou des lunettes, lorsque l’on en porte, est indispensable.

« Selon son profil, l’assuré va ensuite pouvoir choisir le degré de remboursement souhaité suivant le type de soins qu’il pense utiliser le plus souvent, Indian Luka Payras, de Selectra. Les complémentaires santé proposent de plus en plus de “contrats à tiroirs” permettant à l’assuré d’opter pour des renforcements de garanties sur des postes de soins spécifiques comme le dentaire ou l’optique, ou, au contraire de unes, au garanties, qui feront évoluer le prix de la prime d’assurance. »

Il vous reste 59.31% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment