L. a. présence des chats exaspère des locataires

Résolus à se faire entendre coûte que coûte, les locataires de la résidence la Parage 1 ont manifesté leur mécontentement, mercredi 15 septembre, en se rassemblant devant leur immeuble.

Deux ans et demi que le problème persiste. Les familles de la Parage 1 se disent épuisées de devoir subir chaque jour des nuisances causées par de nombreux chats (une trentaine d’après le voisinage) qui squattent leur lieu de vie.

Une situation delicate à gérer

Nourris par l’une des habitantes du quartier, les félins semi-sauvages ont investi les rez-de-chaussée, les garages, les buissons et profitent de toute fenêtre ouverte pour pénétrer dans les habitations. Certains sont agressifs, ils surgissent le soir en nombre et nous font peur. Ils attaquent même les petits chiens, les enfants ne peuvent plus jouer dehors ! raconte Patricia, lassée de découvrir chaque jour dans son jardin des excréments et des odeurs prégnantes d’urine. Les déjections et les odeurs omniprésentes créent une situation d’insalubrité pour les habitants. “Nous voulons que l’on nous enlève ces chats. Nous ne nous sentons pas écoutés. Ni par Hérault-Logement, ni par la mairie, nous ne savons plus vers qui nous tourner”, Indian Carine.

Alerté par la police municipale puis la gendarmerie, le premier adjoint Henry Martinez est rapidement arrivé sur place. Après avoir écouté les revendications, il a réussi à faire déplacer l’un des responsables techniques du bailleur social qui assure qu’une action en justice pour trouble de voisinage est en cours. Ajoutant qu’il ne peut accélérer la procédure.

“Quelqu’un de gentil”

Un peu plus loin, deux jeunes filles prennent la défense de la personne incriminée : “C’est quelqu’un de gentil qui adore les chats, elle les recueille et les nourrit.” La présidente de l’association Apprenons les animaux contactée explique: “Cette personne nous a demandé il ya 3 ou 4 ans de l’aider à stériliser une dizaine de chats, ce qui a été fait. Ce sont souvent des animaux abandonnés par les habitants des alentours qui déménagent, ou’ cessent de s .”

Pour continued leur action, les manifestants se sont rendus dans l’après-midi à la mairie. Reçu par le maire Jean-Pierre Gabaudan, qui a pu joindre le directeur de Hérault-Logement, le groupe est reparti confiant avec l’assurance que la situation se réglera rapidement.

Correspondant Midi Libre : 06 27 64 45 31

Leave a Comment