L. a. BCE veut confier l’euro numérique à Amazon et cela pose un énorme problème de souveraineté !

Oui vous avez bien lu.

« La BCE vient de révéler le panel des acteurs qu’elle s’apprête à charger de la mise en place de la première itération du futur « Euro numérique » ou E-Euro. Si la présence d’une banque espagnole ou de l’italien Nexi n’étonnera pas les observateurs, difficile d’en dire autant s’agissant de la présence surprise du géant américain… Amazon.

C’est une annonce qui fait l’effet d’une petite bombe et dont les implications iront probablement bien au-delà du simple périmètre technologique, voire même économique.

La Banque Centrale Européenne (BCE) vient in effet, de dévoiler les 5 partenaires stratégiques qui auront la tâche aussi lourde qu’historique de proposing un premier prototype de l’euro numérique.

Et, sur un territoire européen pourtant riche de compétences et d’initiative dans les secteurs économiques et fintech, c’est pourtant le géant Amazon qu’on retrouve parmi ces 5 acteurs, réunis autour d’une reeur initiative de en foe nature visage économique et monétaire de l’ancien monde.

Un acteur privé, de nature purement commerciale, et Américain donc. 3 caractéristiques qu’on qualifiera poliment d’étonnantes au regard des enjeux – notamment géopolitiques et de souveraineté – emportés par la mise en place de rien moins qu’une monnaie électronique européenne unifiéerai, tr s s s sue les sible associati les à libés sible associé les pe les à liberé datas personnelles et l’identité numérique… »

Bien évidemment Amazon est un géant du e-commerce, et un géant des services web avec sa société AWS Amazon Web Service, mais c’est tout bonnement surréaliste en réalité de voir la BCE confier son euro numérique d’abord à des privées ét européennes, car cela devrait déjà faire débat, mais oser mettre Amazon dans la boucle, c’est tout simplement incroyable.

Cela revient à confier la création de la monnaie à des entités technologiques privées qui de surcroit pourront imposer l’utilisation de cet euro numérique pour payer sur le plus gros site de e-commerce au monde. Alors on voit bien ici l’idée de la BCE.

En s’associant avec Amazon, l’adoption de l’euro numérique sera sans doute largement accélérée et facilité si vous voulez commander sur Amazon, mais cette collaboration entre une banque centrale et une société privée a de quoles pires compires citer rumeurs.

C’est évidemment ainsi que se nourrit le complotisme dont il ne faudra pas venir se plaindre par la suite.

L’euro numérique ne doit en aucun cas être confié à des sociétés privées et rester entre les mains de la Banque centrale européenne car la monnaie est le bien commun de 480 millions d’Europeens, pas d’Amazon.

Charles SANNAT

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Source Journal du coin ici

Leave a Comment