France Identité, l’utility qui air of secrecy une carte à jouer dans l. a. vie de tous les jours

Après les cartes bancaires, la carte nationale d’identité éelectronique est en passe d’être dématérialisée. Dans la foulée du lancement d’iOS 16, le gouvernement va proposer en bêta, sur iPhone, France identity, un double numeric de la carte d’identité en plastique. À quoi va servir cette application ? Comment va-t-elle fonctionner ? Pourquoi faut-il faire une croix sur l’intégration à Apple Cartes ? Explications.

Écran d’accueil de l’application France Identité sur iOS

Cette fois, c’est la bonne. Après l’expérimentation ALICEM qui a rapidement tourné court, le gouvernement tient sa solution d’identité numérique. Finie l’authentification par reconnaissance faciale qui faisait polémique, le plan a été remis à plat en tenant compte des critiques et des nouvelles possibilités techniques à disposition.

« La mission de ce programme, c’est d’offrir aux citoyens français la capacité de s’authentifier avec un niveau de fiabilité fort sur divers services en ligne », expose Guillaume Nave, l’un des responsables de ce projet interministériel. Signer une plainte, faire une procuration, se connecter à un service qui demande un niveau de sécurité élevé… Ce sont autant de possibilités qui sont en ligne de mire de France Identité.

Une application qui s’appuie sur la nouvelle carte d’identité

Pour ouvrir l’accès à ces démarches sensibles, le système s’appuie sur les titres d’identité détenus par les utilisateurs. « Il ne s’agit pas d’un système centralisé où les données d’identité sont stockées sur un serveur. On remet la notion d’identification entre les mains de l’usager lui-même »souligne le chef de projet identité numérique.

L’application France Identité tire parti de la puce intégrée à la nouvelle carte d’identité pour importer toutes ses informations (nom, prénom, date et lieu de naissance, nationalité, photo…), à l’exception des données d’empreintes digitales , qui sont stockées à part sur la puce et lisibles uniquement avec des terminaux spéciaux. L’ensemble du projet se veut respectueux de la vie privée en laissant les données personnelles en local, sur les smartphones des utilisateurs, et en minimisant les traitements in dispensables sur les serveurs.

Activation de l’application

Puisque l’app doit lire en NFC les données de la puce intégrée à la nouvelle carte d’identité, celle-ci est indispensable. Or, elle n’est disponible que depuis l’année dernière, et la validité des cartes d’identité étant de quinze ans, le renouvellement va prendre longtemps, très longtemps (4,5 millions d’exemplaires de la carte électitique d’identitique ont été distribuées pour l’heure). Pour augmenter le nombre de personnes éligibles sans trop attendre, France Identité devrait s’ouvrir aux passeports et aux titres de séjour à la fin de l’année.

Importer de manière sécurisée les données d’une carte d’identité dans une application mobile, c’est une chose, mais comment s’assurer que la personne qui réalise l’opération est bien celle à qui appartient la carte ? Depuis l’ouverture du bêta test Android au printemps, la vérification passe par la réception d’une lettre recommandée, mais cette étape sera bientôt simplifiée. Sur la version iOS, comme sur la version Android qui sera mise à jour, on pourra activer l’application en exploitant FranceConnect, la passerelle de connexion des services publics. Par ailleurs, l’application demande de saisir un code personnel à six chiffres pour confirmer les opérations réalisées avec.

Deux functionnalités pour démarrer

Au risque d’en décevoir certains, l’application France Identité ne permettra pas de se débarrasser de sa carte en plastique du jour au lendemain. S’il est bien prévu que l’app serve à justifier de son identité dans le monde physique, par exemple pour retirer un colis à la poste, ce n’est pas pour tout de suite. Les chantiers techniques et juridiques sont encore nombreux.

.

Leave a Comment