Professional B (Leaders Cup). Vainqueur de Nantes, ce Stade Rochelais Basket a des ressources insoupçonnées

Au NBH, tout passe par Rhoomes, tour de contrôle aux 4 points et 2 rebonds en deux minutes avant de se mettre à force un peu. La circulation rochelaise, elle, est fluide, on trouve les extérieurs et ce 2/2 de loin pour commencer fait propre (12-6, 5e). Un 10-1 nantais plus tard (13-16, 9e) et la donne change.

Hieu-Courtois fait mal

C’est que les Stadistes accumulent les fautes et laissent Dinal tranquille en coin, ils ne savent plus quoi faire du ballon, en plus, donc surjouent. Heureusement pour eux, Wright est dans son match, sa claquette au buzzer est la bienvenue (17-19, 10e). Le duel Masters – Payne est intéressant. Le premier, bien présent (ischios aussi) tout comme Wright (pied), a ce qu’il faut pour devenir le chouchou de Gaston-Neveur ; le second fait mal sur un 2+1 consécutif à un primé de Terry Smith, autre danger nantais (19-25, 14e).

On passe à moins 12, plus gros écart, creusé de la patte de Hieu-Courtois (17 d’évaluation à la mi-temps). Masters retombe mal et sort – il reviendra -, Robin signe un second marcher… Ça ne va pas, pour symbole ce rebond arraché à Kayembe par Bouba qui marque avec la faute (17e). Puis il ya un truc simple: Nantes met ses shoots ouverts, La Rochelle ne met pas le peu qu’elle a. Le déficit se chiffre à 16 à la pause (28-44), bien aidé par un 32% aux tirs et un ratio passes décisives (3) – balles perdues (9) pauvres.

Tanghe: 16 points en 10′!

Allô déclic, viens vite. Alexis Tanghe claque 8 points de suite, Jérôme Sanchez complète et les Maritimes y vont eux aussi de leur série (10-0), en moins de deux minutes (38-44). Gaston-Neveur s’enflamme mais Thomas Hieu-Courtois est un brin sadique. Tu commences à y croire, il casse tout, de loin comme de près (46-57, 17e). Hieu-Courtois d’un côté, Tanghe de l’autre, si on schématise, voilà le dessin du troisième quart. L’intérieur rochelais a un poignet diminué ? Il lâche 16 points (!) en dix minutes à 4/5 derrière les 6,75 m, de quoi recoller ou presque à la demi-heure (58-61).

Cela faisait longtemps mais les Jaune et Noir repassent devant (63-61, 33e) grâce à Pwono. Ils défendent dur, ADN autoproclamé. L’Hermine est perdue, vierge dans l’ultime période quatre minutes et huit secondes durant. Égalité et cinq minutes à jouer. Keith Wright et Ryan Rhooms se répondent au rebond offensif, Thomas Hieu-Courtois reste en feu… Quant à Gaëtan Clerc, peu vu jusqu’alors, il jette deux banderilles salvatrices (70-65 puis 73-71, 38e). Le salut absolu viendra d’une pénétration de Jérôme Sanchez à 8”6 de la fin et de lancers francs mieux gérés. Ça commence bien.

Leave a Comment