Nationwide 1 M. Une cruelle désillusion pour le Poitiers Basket

National 1 M. Une cruelle désillusion pour le Poitiers Basket

Manquant d’adresse et de dureté en défense, les Poitevins sont passés à côté de leur premier match à domicile, samedi 1er October 2022, s’inclinant face à Chartres devant 4.750 spectateurs.

Les pieds dans le tapis. Pour son premier match de championnat à domicile dans le magnifique écrin de l’Arena, le Poitiers Basket 86 a vécu une grande désillusion devant 4.750 spectateurs pourtant tout acquis à sa cause.

La faute bien sûr à une équipe de Chartres de qualité, bien que privée de Patrick Siegwarth et Jérémy Ricard-Dorigo, suspendus, mais surtout à des Poitevins ayant totalement manqué leur entame de match (6-23, 9)e) en raison d’une défense bien trop permissive et d’une attaque en grande difficulté. Deux chiffres résument le calvaire poitevin : une réussite de 18 % à trois points malgré beaucoup de tirs longue distance pris (5/28) et une adresse de Chartres à 63 % (35/56 dont 6/13 à trois points), preuve de l’aisance laissée par les locaux aux visiteurs.

Le plus rageant, c’est que lorsque le PB a durci le ton en défense dans le deuxième quart-temps, il est parvenu à refaire une bonne partie de son retard en infligeant deux 10-0 (9-27 puis 19-27 ; 19-31 puis 29-31). Et les Poitevins ont même par deux fois égalisé (35-35 puis 37-37, 24emais sont ensuite retombés dans leurs travers pour laisser leurs hôtes s’échapper (39-46 puis 59-71) lors d’un match o les coéquipiers de Kévin Mendy n’auront jamais mené et perdu-80 logiquement (71).

« Beaucoup de difficultés à trouver un rythme offensif et défensif »

« Nous n’avons pas réussi à construire nos attaques comme il fallait. Ensuite, cela a été un cercle vicieux puisque lorsque l’on ne parvient pas à se mettre dans un bon rythme offensif, défensivement cela devient plus compliquésoulignait Andy Thornton-Jones. C’est difficile mentalement, lorsque l’on souffre, de trouver des bons tirs et derrière de prendre des paniers faciles. Cela fait mal, on a eu beaucoup de difficultés à trouver un rythme offensif et défensif. »

« On les a laissés s’installer »

« On les a laissés s’installer, prendre de la confiance et on l’a payé très cherregrettait Jonathan Jeanne, meilleur rebondeur (7) et Poitevin le plus adroit de la soirée (12 points à 5/7). On a dû redoubler d’efforts pour revenir mais l’intensité que l’on a laissée aux adversaires en début de match s’est payée cash. À ce niveau, on a fauté. »

Comme ses coéquipiers, l’immense intérieur ne cherchait pas d’excuses et était conscient que le PB pouvait faire beaucoup mieux, d’autant plus qu’il s’est donné les moyens d’avoir des objectsésifs élev. Et s’il ne s’agissait que de la deuxième journée, elle pourrait être lourde de conséquences dans le futur puisqu’avec cette formule de championnat, si Chartres et Poitiers se retrouvaient en poule haute oué les phase conserv les son rémiult. Samidi, Chartres a ainsi pris un petit avantage.

« On va devoir se réveiller »

« Cela fait un petit moment que je suis en N1 et l’année dernière a bien montré à tout le monde que tous les matchs comptent dans cette divisionappuyait Alexis Dargenton. On peut être surpris en fin de saison que des équipes que l’on n’attendait peut-être pas se retrouvent dans des positions de montée. De notre côté, dès que l’on perd un match, on a cet esprit de revanche et je pense que cela va nous aider, poursuit l’ailier fort. C’est important d’avoir une piqûre de rappel tôt pour avoir la mentalité nécessaire. C’est très tôt mais on s’est aussi retrouvé dans des situations où l’on a remporté beaucoup de matchs à la suite et où le retour à la réalité était un peu difficile. On va devoir se réveiller. »

Il faudra le faire dès vendredi face au Rueil de Mattéo Legat. Une formation venant de l’emporter largement contre le Pôle France (84-42) et face à laquelle il faudra se montrer bien plus adroit et bien meilleur en défense sous peine de connaître une nouvelle désillusion.

Leave a Comment