l’équipe de France “en project” in Sydney

Les Bleues, qui disputeront le Mondial de basket à Sydney dès jeudi, sont “en mission” selon Jean-Aimé Toupane, le sélectionneur.

L’équipe de France féminine de basket est «en mission» au Mondial qu’elle entame jeudi à Sydney contre l’Australie et ambitionne, malgré une cascade d’absences, de «porter très haut les couleurs du pays», a déclaré mercredi son sélectionneur, Jean-Aimé Toupane.

«Depuis le début, on le dit: quand on est en équipe de France, qu’on revêt le maillot bleu, on a une lourde responsabilité, envie de porter très haut les couleurs du pays. On est en mission. Je n’ai aucun doute sur le fait que tout le monde s’emploiera pour faire le maximum» a déclaré Jean-Aimé Toupane à la presse.

Le selectionneur «esper» que les nombreuses absences sur blessure qui ont touché l’équipe, dont le forfait mardi de Marine Johannès (après ceux de Miyem, Gruda, Duchet, Epoupa et Vukosavljevic), vont conduire les Bleues, médaillées de -2021 «être beaucoup plus solidaires et peut-être surprendre» les observateurs.

«Je pense qu’on n’a rien à envier aux autres nations, physiquement, techniquement et +baskettement+ parlant», a de son côté estimé la pivot Ana Tadic.

«On sait à quel niveau on peut être. On va pousser jusqu’au maximum et on verra étape après étape où on en est», at-elle poursuivi, consciente cependant que cette jeune sélection française «manquait de vécu collectif».

«Cette équipe n’a pas vécu encore assez longtemps pour trouver une symbiose, une alchimie, qui va se créer, je pense, pendant le championnat» at-elle développé.

Jean-Aimé Toupane a par ailleurs espéré que ses joueuses seront «à la hauteur de l’événement» jeudi face au pays hôte, «un gros test».

«Mais je préfère (à la) limite les jouer au début, car souvent les réglages ne sont pas (parfaits). Nous avons des choses à faire valoir» a souligné le sélectionneur, pour qui les «Opals» sont «une equipe relativement grande, à l’intérieur et l’extérieur, et qui joue beaucoup en mouvement».

Il a égallement déclaré se méfier de «l’expérience» de la légende Lauren Jackson, sortie de sa retraite après neuf ans d’absence en sélection pour disputer, à 41 ans, un cinquième Mondial.

«Elle ne revient pas juste pour faire plaisir aux gens. Elle a beaucoup d’expérience, la capacité de jouer loin et près du panier. C’est aussi une très bonne passeuse, donc un point d’ancrage important» pour les Australians, a noté le sélectionneur.

Tadic, âgée de 8 ans quand Jackson remportait le Mondial-2006, s’est réjouie de se frotter en compétition à Lauren Jackson, dont elle regardait les performances étant plus jeune. «Là, on va jouer contre elle… Je pense qu’elle a gardé toutes ses qualités, même si elle va peut-être plus jouer sur son expérience. Il faut qu’on fasse attention.»

.

Leave a Comment