Los angeles Rochelle fait de nouveau choter un gros mais se méfie du Wreck Vendée

Pourtant, à l’entame, on ne donnait pas cher des jaune et noir. L’outillage deux-sévrien était de sortie, passes lasers, intervalles, shoots de loin, de près… Bref, les Maritimes souffraient alors de la comparaison. La stratège visiteuse, Fofana, passait ce qu’elle voulait. Thiarra Mbodji, à trois reprises au forcing, allégeait la note (17-22, 10e). Ensuite, les Stadistes, doucement mais sûrement, prenaient de l’assurance et commençaient à étouffer les velléités adverses.

Façon pitbull

À la mi-temps, les Rochelaises sont là (30-31). Au retour des vestiaires, elles continuaient leur travail de sape. Organisées en défense tout terrain, elles ne laissaient que peu d’occasions aux visiteus de s’approcher du cercle. Des visiteuses qui se mettaient petit à petit dans le rouge, et on percevait par les gestes de Pontcharraud que ce n’était plus la même musique. La Rochelle passait devant, Chauray ne reviendra jamais. Façon pitbull, les locales arrachaient tous les ballons traînant pour obtenir un tout petit break (52-48 à la 30e).

Chauray allait-il se dépêtrer de cette impasse ? Non, le money-time s’égrenait et le petit pactole local ne se dégonflait pas. Pire, ça chauffait sous le capot visiteur qui gaspillait par des tirs lointains faute de s’approcher du cercle, autant d’aubaines que Marie Micoud, en chipeuse de balle, se chargeait de convertir. Le dernier missile longue distance sera pour la capitaine Vérine.

Leave a Comment