Franche-Comté. Ils font l’amour en public, un “resto basket” qui tourne mal… Les faits divers insolites de los angeles semaine

Un couple appréhendé par la police en train de faire l’amour dans un parc à Pontarlier

Ce couple de Pontissaliens n’avait aucune chance de passer inaperçu : pour leurs ébats, ils ont choisi de passer à l’acte en plein milieu de l’après-midi, dans le parc du Grand Courses à Pontarlier. Qui plus est, à 100 mètres, à vol d’oiseau, du lycée Jeanne-d’Arc.

Les deux inconscients n’avaient toujours pas fini leur affaire quand les forces de l’ordre ont débarqué. Âgés tous deux d’une quarantaine d’années, fortement avinés, ils n’ont pu que reconnaître les faits.

> Lors de leur garde à vue, ils ont fait amende honorable devant les policiers.

Besancon: il engloutit plusieurs bières et tente de fuir sans payer

Boire, c’est bien, payer, c’est mieux… Ce client du Bureau à Chateaufarine a quand même tenté le coup: après s’être enfilé plusieurs bières, le jeune homme a pris ses jambes à son cou.

Pas de chance pour lui, le personnel du restaurant ne l’entendait pas de cette oreille. Les employés l’ont rattrapé par le col pour le ramener au chaud, dans l’attente de la police.

> Le mauvais payeur a dégainé une bombe lacrymogène en visant les méchants salariés qui l’avait coincé.

Dans une cage d’escalier, il jette un… scooter sur les policiers pour s’enfuir

Les policiers de Besançon ont certes l’habitude d’essuyer des projectiles divers et variés. Mais la scène vécue à Planoise sort de l’ordinaire: alors qu’il progressait dans une cage d’escalier, un agent a été visé par un scooter lancé depuis les étages.

De l’aveu d’un policier de terrain, qui en a pourtant vu d’autresla technique est plutôt rare: « Ça arrive qu’on nous lance dessus des caddies, mais les scooters sont plutôt montés par les ascenseurs et utilisés par les dealers pour entraver le passage à l’étage qui les arrange».

> Le policier a réussi à éviter de justesse le scooter.

Livreur ”Uber shit” interpellé à Pontarlier : « Je voulais de l’argent facile » se justifie le prévenu

Le « Uber shit » vous connaissez ? Comme lorsqu’on commande une voiture sur Uber, il s’agit de se faire livrer de la drogue à domicile en quelques clics. Pour ses livraisons, ce jeune Pontissalien avait choisi la trottinette électrique et transportait des pochons de cannabis dans son sac à dos.

« J’ai accepté de faire des livraisons parce que c’est de l’argent facile, mais j’ai perdu une livraison, je suis rentré un soir, mon appartement avait été cambriolé et il manquait des produits. Je suis coincé, je dois rembourser ma dette », s’est-il expliqué au tribunal.

> Le jeune homme a été condamné à 10 mois de prison avec sursis probatoire durant 2 ans.

Leave a Comment