Boulazac se qualifie en souffrant face à Lorient

Alors, bien entendu, ce n’est que la coupe ; il reste des matches de Leaders Cup pour se roder. Tant mieux, Alexandre Ménard et son staff ont du boulot. Lorient est venu en Dordogne avec seulement six joueurs pros. Boulazac avait donc un double avantage : de niveau et quantitatif. Il n’a jamais su l’utiliser.

La partie débute avec un marcher de l’arrière/meneur Martin Junakovic. Puis le pivot britannique Kavell Bigby-Williams envoie une passe dans les tribunes. Nic Moore parvient quand même à placer le BBD devant (6-5, 3e).

En suivant, Junakovic marche encore. Les Périgourdins ne doivent leur avance qu’à une adresse calamiteuse des Bretons (4/17 au terme du premier quart-temps). Le BBD se fait siffler 24 seconds et se fait chiper trop de rebonds sous son panier. Le tout manque de création offensive. Heureusement, la défense tient le coup, Boulazac creuse une avance (16-9, 10e).

L’attaque en Berne

Quand Bathiste Tchouaffé inscrit le premier panier primé de son équipe, l’on se dit que Boulazac va se dérouiller et dérouler (25-11). Puis le souffle retombe gentiment. Paul Billong a du mal offensivement, Olivier Cortale fait face à un gros défi physique avec Sy. Clément Cavallo rate sa passe, Lorient revient un peu (25-14, 16e).

Et tout se grippe. Sans imagination, Boulazac ne marque pas durant six minutes. Avec notamment un air ball de Moore. Une statistique pour illustrer ? 1/13 à trois points après vingt minutes de jeu. Lorient profite de l’apathie périgourdine pour grappiller. Saounera, l’ancien de la maison BBD, ramène les siens à 28-23. Puis Junakovic perd le ballon à quelques secondes de la mi-temps, sifflée sur le score peu flatteur de 28-25. Avec 14 ballons perdus pour les Boulazacois.

Cortale, dès la reprise, donne un peu d’air à trois points. Cortale, le pivot. Moore, lui, veut tout relancer tout seul, rate (0/5 à trois points à la 25e), s’énerve, chambre un trop fort le banc breton. Mais Bigby-Williams claquette-dunke le tir raté de son meneur et Boulazac frôle à nouveau les 10 unités d’avance (38-29, 25e).

Deux minutes plus tard, le Britannique inscrit un 2+1 qui maintient l’écart. Il est cependant trop seul, et à dix minutes du terme, Lorient fait planer l’ombre d’un doute (49-44). Avec 19 balles perdues et 11 rebonds offensifs laissés aux Bretons, c’est bien légitime.

Leave a Comment